Le Réveil Lozère 04 mars 2020 à 11h00 | Par MR, IL

Ce qu’il faut retenir de la visite d’Emmanuel Macron

Retraites, taxe Airbus, plan protéines, mal-être agricole. Ce qu’il faut retenir de la visite du président de la République au Salon de l’agriculture, le 22 février.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Guillaume Perrin

Tout portait à anticiper une petite visite. L’Élysée avait prévenu que la venue d’Emmanuel Macron pourrait être plus courte que lors de la précédente édition, au cours de laquelle il avait battu un record de durée. Pas non plus de discours prévu. Et son ministre de l’Agriculture Didier Guillaume avait prévenu la veille que le Président aurait même pu ne pas inaugurer le Salon si les négociations à Bruxelles sur le projet de budget européen, qui avaient débuté le 20 février, venaient à s’éterniser jusqu’au 22, jour d’ouverture du Parc Expo.
Les discussions budgétaires ont finalement achoppé, Emmanuel Macron était bien à 8 h porte de Versailles, où il est resté jusqu’à la fermeture, vers 19 h, pour une visite qui s’est déroulée dans une ambiance globalement calme.

Porte fermée pour le projet de loi de retraites
Plusieurs fois au cours de la journée, le président de la République est revenu sur la demande du syndicalisme agricole d’étendre aux agriculteurs actuellement retraités le bénéfice d’une pension plancher à 85 % du Smic. « Tous ceux qui rentreront dans le nouveau système, contrairement à l’ancien, ils auront une garantie de retraite minimum. Est-ce que je peux vous dire : tous les [agriculteurs] retraités d’aujourd’hui peuvent rentrer ? C’est impossible. C’est impossible, parce que c’est [un coût de] 1,1 milliard », a répondu M. Macron. Ce chiffre de 1,1 milliard correspondrait à une revalorisation des pensions des retraités actuels et de leurs conjoints, a précisé le chef de l’État, interrogé par l’AFP. « Si je dis ça pour les agriculteurs, qu’est-ce que je dis aux commerçants, aux artisans, aux indépendants qui sont exactement dans la même situation ? », a-t-il ajouté.
Selon le cabinet du ministre de l’Agriculture, l’Élysée reste ouvert à une revalorisation pour les retraités actuels ; mais elle ne se ferait pas dans le cadre des projets de loi sur les retraites en cours d’examen. Elle pourrait intervenir dans le cadre du « projet de loi de finances 2021 », à condition qu’une proposition « financée » lui soit faite. Les discussions pourraient débuter en juin 2020, ajoute-t-on.

 

Article à lire dans le Réveil Lozère n°1550, du 5 mars 2020, en page 3.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

À la différence des éco-régimes, qui seront obligatoires pour chaque État, la stratégie « Farm to fork » ne l’est pas, mais elle va se décliner dans les plans stratégiques nationaux

Explique le ministre de l’Agriculture Julien Denormandie, dans un entretien accordé à Agra Presse le 26 octobre.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui