Le Réveil Lozère 09 novembre 2022 a 12h00 | Par Le Réveil Lozère en collaboration avec Agrapresse

Certification du carbone agricole : Bruxelles finalise les contours de son futur dispositif

Abonnez-vous Reagir Imprimer

Dans un projet de règlement sur la certification des absorptions de carbone, en phase de finalisation et attendu pour le 30 novembre, la Commission européenne propose les grandes lignes de ce futur dispositif qui doit permettre, à terme, la vente de crédits carbone agricoles. Mais les détails « hautement techniques » ne seront réellement connus que dans un second temps, sur la base des travaux d'un groupe de 70 experts sur les absorptions de carbone qui sera mis en place afin d'étoffer la proposition avec une série d'actes secondaires. Le projet de règlement définit l'agriculture bas carbone comme une « activité d'élimination du carbone liée à la gestion des terres qui entraîne une augmentation du stockage du carbone dans la biomasse vivante, la matière organique morte et les sols en améliorant le captage du carbone et/ou en réduisant la libération de carbone dans l'atmosphère ». « Les suppressions de carbone doivent être additionnelles », souligne le texte, c'est-à-dire qu'elles devront être une conséquence de l'effet incitatif de la certification. Cette certification devra être menée par des organismes indépendants accrédités par les autorités nationales.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

Grâce aux reports de stock de l’année 2021, la majorité des éleveurs et éleveuses sont sereins pour cet hiver mais sont préoccupés par la possibilité que l’année 2023 puisse ressembler à 2022, auquel cas les bilans fourragers seraient loin de l’équilibre

rapporte la dernière note agro-climatique de l’Idele (Institut de l’élevage), publiée le 17 novembre.