Le Réveil Lozère 11 décembre 2019 a 12h00 | Par chambre d’agriculture 48

Changement climatique et ventilation des bâtiments d’élevage

Comme dans bien des domaines, le changement climatique modifie déjà les notions de bien-être animal au niveau du logement des animaux.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
- © E. Bignon

La ventilation des bâtiments d’élevage a toujours été un facteur majeur pour une bonne ambiance et ainsi pouvoir offrir aux animaux présents des conditions optimums de logement.
L’été 2019 a été l’illustration du problème de forte chaleur sur les animaux. Les ruminants craignent l’humidité et les courants d’air mais aussi les fortes chaleurs. Par exemple, une vache laitière à 22°C est dans une zone de confort, à partir de 25°C elle doit s’adapter, entre 30°C et 35°C elle est déjà dans une situation de souffrance et à plus de 42°C, elle peut mourir. Lorsqu’un animal souffre de la chaleur, sa production laitière baisse.
En zone de montagne, la conception des bâtiments était adaptée au froid, avec des bâtiments fermés et isolés. L’évolution des systèmes d’élevage et la mécanisation a aussi modifié les besoins dans le logement des animaux et la conception des bâtiments.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
Prochaine breve

5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

Les céréales, une denrée de base qui occupe près de 65 % de la surface cultivée de l’UE et qui est principalement utilisée pour l’alimentation animale, est la culture la plus sévèrement touchée. Nous avons notamment constaté que pour chaque année marquée par un épisode de sécheresse, les pertes de céréales augmentent de 3 %

a indiqué Teresa Bras, de la Nova School of Science and Technology de Lisbonne.