Le Réveil Lozère 07 août 2019 a 10h00 | Par Sophie Chatenet

Chazette, le dernier né des spiritueux auvergnats

De l’eau, des plantes de la Margeride et de l’alcool de blé…Le nouveau cocktail léger et surprenant de la société auvergnate Chazette.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
- © SC

Au cœur de la Margeride, à plus de 1 300 mètres d’altitude, verveine, bruyère, menthe sauvage… et autres gentianes ont trouvé leur terreau de prédilection. Le domaine de la Chazette, une propriété de 180 hectares cultive cet or vert depuis plusieurs années. Entre Chanaleilles-en-Gévaudan (43) et Aumont-Aubrac, le domaine offre un cadre enchanteur où 60 variétés autochtones de plantes et de fleurs rares se développent. Le travail de la terre y est simplifié sans labour profond. Les saisons sont rythmées par les semis, boutures et multiplications. D’avril aux premières gelées, les plantes sont cueillies pour entrer ensuite dans la composition des boissons apéritives de la société Chazette. Des boissons volontairement légères, le taux d’alcool de la plupart d’entre elles n’excédant pas les 8 %, dominées par la saveur des plantes. Question d’authenticité, pour Pierre Vausselin, ingénieur chimiste et botaniste, fondateur de la marque : « Pour préserver les saveurs de gentiane, de menthe sauvage…nous limitons la teneur en alcool et en sucre ».

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1522, du 8 août 2019, en page 16.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

Les Cuma attendent du projet de loi énergies renouvelables qu’il soutienne le développement de solutions mutualisées. Il s’agit en priorité de lever les freins à la production d’énergie en Cuma : ouverture statutaire, simplification des démarches administratives, développement des liens avec les collectivités territoriales, etc

d’après un communiqué.