Le Réveil Lozère 22 janvier 2020 à 09h00 | Par Marion Ghibaudo

Chevaux d’endurance et brebis au cœur du Causse

Installée en 2019 sur le Causse, Sabine Cannesson a décidé d’allier sa passion, un élevage de chevaux d’endurance, à une production plus traditionnelle : les brebis.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Sabine Cannesson dans sa bergerie.
Sabine Cannesson dans sa bergerie. - © Marion Ghibaudo

Implantée depuis le 5 février 2019 en Gaec avec son compagnon David Gineste, Sabine Cannesson a mêlé deux productions au Mas André : les brebis et les chevaux d’endurance. La Safer a sélectionné leur exploitation comme l’une des récipiendaires d’une aide, versée par l’organisation aux jeunes agricultures installés en 2019. Le principe de ce dispositif d’aide aux jeunes agriculteurs s’installant avec la DJA via une attribution Safer a été validé par le conseil d’administration en avril 2019.
Les chevaux d’endurance sont la vraie passion de Sabine Cannesson. Installée hors-cadre familial, loin d’Arras, dans le Pas-de-Calais où elle a grandi, Sabine Cannesson a débarqué en Lozère en 2002. Après avoir travaillé quinze ans dans l’usine d’embouteillage de Quézac, changement de vie total depuis deux ans pour la jeune femme et son compagnon. « On est passé d’un travail où chaque jour produit amène un résultat à un emploi où les productions se chiffrent à la fin de l’année », reflète l’agricultrice.

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1543, du 23 janvier 2020, en page 05.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

À la différence des éco-régimes, qui seront obligatoires pour chaque État, la stratégie « Farm to fork » ne l’est pas, mais elle va se décliner dans les plans stratégiques nationaux

Explique le ministre de l’Agriculture Julien Denormandie, dans un entretien accordé à Agra Presse le 26 octobre.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui