Le Réveil Lozère 04 décembre 2019 à 09h00 | Par Aurélie Pasquelin

Chien de protection, une formation pour acquérir les bases de l’éducation

Afin d’accompagner les éleveurs dans la gestion ou l’acquisition d’un chien de protection, la DDT organisait, en octobre dernier, une formation à Florac. Animée par un référent de l’Idele, elle a permis à la vingtaine de personnes présentes de s’informer et de dialoguer sur le sujet.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Idele

Quel chien choisir ? Quelle éducation donner ? Comment être sûr que le chien ne sera pas agressif envers les hommes ?… Les questions concernant les chiens de protection sont nombreuses au sein des exploitations. Pour aider les éleveurs dans la démarche, la DDT organisait, le 18 octobre dernier, une formation dédiée aux agriculteurs. Ils étaient une vingtaine à Florac à avoir fait le déplacement pour obtenir des réponses sur leur chien ou plus simplement pour savoir s’ils allaient en acquérir un.
« Ce n’est ni un chien de compagnie, ni un chien de conduite », précise d’emblée Bruno Thirion, formateur référent de l’Idele (Institut de l’élevage). Souvent Bergers des Pyrénées ou d’Anatolie, ces chiens de race ont plusieurs particularités héritées de leurs ancêtres : une forte corpulence, des poils de couleur claire rappelant celle de l’espèce à protéger et un instinct de prédation peu développé. Ils doivent recevoir une éducation spécifique passant par trois étapes : l’imprégnation, la fixation et la sociabilisation.

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1537, du 05 décembre 2019, en page 12.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Des bénéfices économiques directs, et une productivité ou une rentabilité accrue sont les conditions essentielles de l’adoption des pratiques durables à court terme

soulignent des chercheurs dans une étude publiée le 4 octobre dans Nature.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui