Le Réveil Lozère 20 avril 2022 a 11h00 | Par Agrapresse en collaboration avec le Réveil Lozère

Chute de la production de semence et pénurie en vue dans le pays

Abonnez-vous Reagir Imprimer

L'UFS (semenciers) a alerté le 14 avril sur la chute de la production de semence en Ukraine et ses répercussions « pendant probablement deux ans ». La récolte 2022 sera d'« au mieux 50 % » des semences nécessaires, a indiqué le président Claude Tabel. Celle de 2023 sera aussi affectée, d'après lui. Les agriculteurs ukrainiens manquent de semences avec l'invasion russe : 75 % des volumes ont été livrés à fin mars, d'après ses chiffres. Des incertitudes demeurent sur leur capacité à produire, vu le manque de carburant, de main-d'oeuvre. Cette situation touche de plein fouet les semenciers français, dont l'activité avec l'Ukraine représente 400 millions d'euros (dont 100 millions d'euros d'exportations). Une enquête de l'UFS chiffre à 20 % leur perte de chiffre d'affaires avec l'Ukraine en raison de la guerre. Le secteur réclame l'aide des pouvoirs publics, dans le cadre du plan de résilience. « Il y a besoin de sécuriser la production de semence dès cette année », déclare Claude Tabel. Des agriculteurs s'en détournent, attirés par les prix élevés sur le marché de la consommation. C'est le constat dressé par le vice-président Didier Nury : « depuis quinze jours, trois semaines », des multiplicateurs de semence renoncent à leurs engagements de production

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

L’été 2022 pourrait être marqué par des étiages ou des baisses de nappes marquées sur la totalité du territoire

selon un communiqué diffusé au lendemain d’une réunion du Comité d’anticipation et de suivi hydrologique (Cash).