Le Réveil Lozère 05 mars 2022 a 12h00 | Par MN

Cinq millions d'hectares menacés d'artificialisation et d'agrandissement

L'association Terre de liens publie son premier rapport sur l'état des terres agricoles et sonne l'alarme.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
L'association Terre de liens publie son premier rapport sur l'état des terres agricoles et sonne l'alarme.
L'association Terre de liens publie son premier rapport sur l'état des terres agricoles et sonne l'alarme. - © Emilie Durand/Illustration

Le 22 février, Terre de Liens, mouvement citoyen visant à préserver les terres agricoles et à permettre l'installation d'agriculteurs, a publié son premier rapport sur l'état des terres agricoles en France. Alors qu'au moins 25 % des agriculteurs partiront à la retraite d'ici dix ans, « cinq millions d'hectares de terres, soit près de 20 % de la surface agricole française, vont changer de main », selon l'association. Pour aller où ? À l'artificialisation, si la tendance n'est pas inversée. Et à l'agrandissement, si, comme actuellement, « la politique des structures ne permet plus de contrôler l'agrandissement ». Ces deux phénomènes vont à l'encontre d'un modèle d'agriculture respectueux de l'environnement et de l'emploi : les deux tiers de l'artificialisation se sont effectués aux dépens des terres agricoles entre 2006 et 2014. Et la surface moyenne des fermes françaises est passée de 24 à 69 ha entre 1988 et 2020, freinant l'installation d'agriculteurs.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

la phrase de la semaine

Je les invite plutôt à rejoindre les forces vives des structures qui œuvrent au quotidien à faire bouger les lignes. Tout comme j’encourage les jeunes à rejoindre nos écoles d’agronomie pour contribuer demain à accompagner ces indispensables évolutions

a répondu le président de chambres d’agriculture France (ex-Apca), Sébastien Windsor, le 16 mai dans une longue « lettre ouverte » au collectif d’étudiants d’AgroParisTech.