Le Réveil Lozère 02 octobre 2019 a 11h00 | Par Marion Ghibaudo

Clément Chabert, agriculteur en mouvement

Clément Chabert en est à sa deuxième participation du concours Aubrac du Sommet de l’élevage du 2 au 4 octobre à Cournon. Pour ce jeune éleveur qui a repris l’exploitation familiale en 2017, aller à Cournon, c’est d’abord pour faire connaître son élevage.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
- © Marion Ghibaudo

Yeux calmes et voix claire, Clément Chabert est prêt pour son second concours Aubrac du Sommet de l’élevage. Comme la première fois, il vient y présenter un couple de velles croisées : Libertine et son veau, une femelle croisée née en février. Lors de sa première participation en 2017, il avait réussi à finir second de la section « Couple croisées femelle ». Un bel exploit pour un jeune éleveur qui espère, modestement, « se placer dans le milieu de tableau », ce jeudi 3 octobre.
S’il a choisi Libertine, cinq ans, pour le concours Aubrac, c’est parce qu’elle est « la vache la plus sage de ses bêtes », dit-il. Elle participe pour la première fois à un concours et s’il a fallu un peu de dressage pour la vache et le veau, leur apprendre à avoir le licol et à suivre, Clément Chabert est convaincu que le couple de velles croisées est prêt.

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1528, du 3 octobre 2019, en page 7.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

Les engagements et les efforts fournis par tous les maillons de la filière semblent être reconnus et appréciés pour une grande partie des interrogés

se félicite Interbev (interprofession bétail et viandes), d’après un sondage publié le 24 février.