Le Réveil Lozère 04 décembre 2019 a 10h00 | Par Aurélie Pasquelin

CNAOL : les AOP au lait cru revendiquent leurs bienfaits

En mai 2019, la DGAL* appelait à ne pas faire consommer aux enfants de moins de cinq ans des fromages au lait cru. Une recommandation jugée extrême par le Cnaol qui veut rétablir l’équilibre.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
La DGAL reconnaît aujourd’hui l’intérêt du lait cru en termes d’économie du territoire, de goût…
La DGAL reconnaît aujourd’hui l’intérêt du lait cru en termes d’économie du territoire, de goût… - © Cnaol

Au même titre que l’introduction d’un repas sans viande chaque semaine dans les cantines scolaires, la recommandation de la DGAL* en mai dernier appelant à proscrire la consommation de fromages au lait cru chez les enfants de moins de cinq ans a mis en émoi les filières AOP et le Cnaol, le comité national des appellations laitières, présidé par le Cantalien Michel Lacoste. Cnaol qui fédère les 50 ODG (organisme de défense et gestion) des AOP laitières tricolores. Si, depuis, la position ministérielle s’est quelque peu assouplie, le Cnaol a pris les devants pour informer le consommateur sur les bienfaits reconnus de ces fromages en termes d’immunité et donc de santé. Avec, en ligne de mire, l’organisation d’un colloque national en janvier 2020.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
Prochaine breve

5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

Les céréales, une denrée de base qui occupe près de 65 % de la surface cultivée de l’UE et qui est principalement utilisée pour l’alimentation animale, est la culture la plus sévèrement touchée. Nous avons notamment constaté que pour chaque année marquée par un épisode de sécheresse, les pertes de céréales augmentent de 3 %

a indiqué Teresa Bras, de la Nova School of Science and Technology de Lisbonne.