Le Réveil Lozère 07 août 2019 a 10h00 | Par Nancy Sagnet

Comment économiser de la paille ?

L’augmentation du prix de la paille et la dépendance des exploitations lozériennes ont conduit la chambre d’agriculture à organiser, le 30 juillet, au Gaec du Roc de Peyre, à Saint-Sauveur-de-Peyre, une journée Innov’action sur la litière avec des plaquettes forestières. Une alternative permettant d’économiser de la paille.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
- © Chambre d'agriculture 48

De nombreux bâtiments d’élevage lozériens sont en aire paillée et demandent l’utilisation de paille en quantité importante. « Nous sommes un département où l’on produit peu de céréales et où l’approvisionnement en paille devient de plus en plus difficile. De plus, son coût augmente fortement », indique Éric Chevalier, élu à la chambre d’agriculture de Lozère et référent des actions forestières. Aussi, 45 % de la surface agricole utile (SAU) du département est boisée. Partant de ce constat, la litière avec des plaquettes forestières peut être une solution pour économiser de la paille et entretenir des parcelles. La chambre d’agriculture, en partenariat avec la forêt privée et la MFR de Javols, a donc organisé une journée Innov’action, le 30 juillet au Gaec du Roc-de-Peyre à Saint-Sauveur-de-Peyre, pour exposer au monde agricole cette innovation. « L’objectif est d’amener les agriculteurs à réfléchir sur l’utilisation du bois issu de l’entretien des haies ou de bois pour le paillage ». Pour cela, la chambre d’agriculture s’est appuyée sur une exploitation qui bénéfice de huit années de recul dans la production et l’utilisation de plaquettes.

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1522, du 8 août 2019, en page 3.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

Grâce aux reports de stock de l’année 2021, la majorité des éleveurs et éleveuses sont sereins pour cet hiver mais sont préoccupés par la possibilité que l’année 2023 puisse ressembler à 2022, auquel cas les bilans fourragers seraient loin de l’équilibre

rapporte la dernière note agro-climatique de l’Idele (Institut de l’élevage), publiée le 17 novembre.