Le Réveil Lozère 02 septembre 2020 à 09h00 | Par Anaïs Lévêque

Comment enrichir le montage et l'expertise des projets de retenues collinaires ?

Atout majeur en matière d'irrigation agricole, la création, l'aménagement et la mise aux normes d'une retenue collinaire relève souvent d'un vrai casse-tête. En Ardèche, une réflexion poussée a permis de bâtir une véritable « doctrine » sur la construction de retenues collinaires pour que les projets puissent aboutir.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Au Gaec du Trapier à Boffres (Ardèche), Florent et Philippe Cros espèrent pouvoir réhabiliter leur retenue par un système de dérivation.
Au Gaec du Trapier à Boffres (Ardèche), Florent et Philippe Cros espèrent pouvoir réhabiliter leur retenue par un système de dérivation. - © Anaïs Lévêque

Face aux enjeux des retenues collinaires, cet été la chambre d'agriculture de l'Ardèche, la DDT et l'Entente Doux 1 ont organisé des visites de terrain avec l'ensemble des acteurs concernés par l'expertise et la validation des projets de retenues collinaires. Ils se sont rendus sur différentes exploitations de la vallée du Doux qui disposent d'une retenue collinaire, ancienne ou récente, afin de mieux comprendre les besoins de tous les acteurs de l'eau. Objectifs : poser les premières pierres d'une véritable « doctrine » sur la construction de ces ouvrages dans le département. « Nous avons besoin d'enrichir le montage et l'expertise de ces projets, prendre en compte l'ensemble des attentes des acteurs de l'eau afin que les projets de stockage puissent aboutir », indique Régis Perier, responsable du service espaces, territoires et environnement de la chambre d'agriculture de l'Ardèche.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

À la différence des éco-régimes, qui seront obligatoires pour chaque État, la stratégie « Farm to fork » ne l’est pas, mais elle va se décliner dans les plans stratégiques nationaux

Explique le ministre de l’Agriculture Julien Denormandie, dans un entretien accordé à Agra Presse le 26 octobre.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui