Le Réveil Lozère 04 novembre 2020 à 11h00 | Par Sophie Chatenet

Connaître les prairies du Massif central pour mieux les apprivoiser

Au terme de quatre ans de travaux, le projet Aeole propose des solutions aux filières pour valoriser la diversité des prairies du Massif central et en faire un atout économique pour les exploitations herbagères.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les prairies occupent deux tiers de la surface agricole du Massif central.
Les prairies occupent deux tiers de la surface agricole du Massif central. - © SC

Les prairies occupent deux tiers de la surface agricole du Massif central. Leur très grande diversité, héritage d’une large variété de conditions pédoclimatiques et de pratiques agricoles, est source de nombreux services pour les agriculteurs et les citoyens. « Les prairies portent un ensemble de valeurs pour les consommateurs et assurent un lien entre le territoire, les pratiques des éleveurs et la typicité des produits. La meilleure connaissance des prairies du Massif central est indispensable pour répondre aux multiples défis auxquels l’élevage est confronté, économique, environnemental et sociétal », résume Christine Valentin, agricultrice en Lozère, présidente de la chambre d’agriculture de ce département et du Sidam (Service interdépartemental pour l’animation du Massif central). De ce constat est né le projet collaboratif Aéole. Fruit de quatre années de travail, il propose des solutions aux filières pour valoriser la diversité des prairies du Massif central et en faire un atout économique pour les exploitations herbagères.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

la phrase de la semaine

On ne sait pas trop ce que l’on a perdu encore. On sait qu’une grande partie sera récupérée, mais pas tout. Sur les deux chambres, il y a 2 000 ordinateurs à analyser. On saura d’ici une semaine

a expliqué à l’AFP Philippe Noyau, le président de la chambre du Centre-Val-de-Loire. Les chambres d’agriculture du Centre-Val-de-Loire et de Nouvelle-Aquitaine ont été victimes d’une cyberattaque.