Le Réveil Lozère 24 mars 2021 a 10h00 | Par AgraPresse

Contrat reconduit et élargi entre Lidl, Bigard et Blonde du pays d'Oc

Abonnez-vous Reagir Imprimer

Le distributeur Lidl, l'industriel Bigard et la coopérative Blonde du pays d'Oc ont reconduit leur contrat tripartite en viande bovine, en étendant la zone d'approvisionnement et les volumes concernés, annoncent-ils dans un communiqué du 16 mars. Reconduit pour la quatrième année consécutive, ce partenariat concerne 200 éleveurs, pour 70 bêtes par semaine (contre 45 auparavant). L'enseigne de grande distribution « élargit sa zone d'approvisionnement » pour cette filière, avec 250 magasins « depuis Nantes jusqu'au pays Basque ». En rayons, la démarche accueille une nouvelle référence (carpaccio de boeuf), qui rejoint trois références de hachés et quatre références de piécés. Ce contrat prévoit une « rémunération plus juste » des éleveurs, d'après le communiqué. Interrogé par Agra Presse, Michel Biero, directeur exécutif achats de Lidl France, précise que « le prix est fixé par les éleveurs, et ne fait l'objet d'aucune négociation. C'est sur la base de ce prix, que nous acceptons sans conditions, que les négociations se font entre l'industriel et le distributeur. » Le tarif est « fixé pour 12 mois » et peut « être adapté en fonction des cours de marché et des besoins ». Point crucial : le prix à la production est « défini pour l'ensemble de la vache », souligne M. Biero. « C'est à nous de trouver un équilibre matière. »

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

Nous ne pouvons plus assumer financièrement de payer l’intégralité des dégâts agricole pour tout le territoire, alors qu’il y a des zones où nous ne pouvons pas mettre les pieds

rappelle Willy Schraen, président de la FNC.