Le Réveil Lozère 24 avril 2023 a 12h00 | Par RM, AG

Coup de frein sur les importations avant un nouveau paquet d'aides

En raison de la colère des agriculteurs polonais, Varsovie et Kiev ont trouvé un accord pour suspendre en partie les importations de produits agricoles ukrainiens bon marché. Très affectés également, les agriculteurs roumains appellent l'UE à réintroduire des droits de douane. La Pologne a ainsi invité les organisations agricoles des pays voisins de l'Ukraine à adopter une position commune. Pour l'instant, Bruxelles prévoit de mettre sur la table de nouvelles mesures de soutien.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
En raison de la colère des agriculteurs polonais, Varsovie et Kiev ont trouvé un accord pour suspendre en partie les importations de produits agricoles ukrainiens bon marché. Très affectés également, les agriculteurs roumains appellent l'UE à réintroduire des droits de douane. La Pologne a ainsi invité les organisations agricoles des pays voisins de l'Ukraine à adopter une position commune. Pour l'instant, Bruxelles prévoit de mettre sur la table de nouvelles mesures de soutien.
En raison de la colère des agriculteurs polonais, Varsovie et Kiev ont trouvé un accord pour suspendre en partie les importations de produits agricoles ukrainiens bon marché. Très affectés également, les agriculteurs roumains appellent l'UE à réintroduire des droits de douane. La Pologne a ainsi invité les organisations agricoles des pays voisins de l'Ukraine à adopter une position commune. Pour l'instant, Bruxelles prévoit de mettre sur la table de nouvelles mesures de soutien. - © Nicole Ouvrard/Illustration

En raison de l'afflux des céréales et des oléagineux ukrainiens qui perturbent le marché national polonais en tirant les prix vers le bas, Varsovie et Kiev ont convenu le 7 avril, de suspendre en partie ces exportations vers la Pologne jusqu'à la nouvelle saison. En revanche, le transit des céréales vers les pays tiers est maintenu. Un accord bilatéral devait être signé le 14 avril. « Cela concernera le blé, le maïs, le colza et les graines de tournesol », a indiqué le nouveau ministre polonais de l'Agriculture, Robert Telus.
Le 5 avril, son prédécesseur Henryk Kowalczyk avait démissionné en raison de la colère grandissante des agriculteurs polonais qui ont fustigé la proposition de la Commission de renouveler jusqu'en 2024 la suspension des droits sur les importations ukrainiennes.
Une initiative qui a également entraîné la grogne de leurs collègues roumains qui ont manifesté par milliers le 7 avril dans tout le pays à l'appel de quatre organisations agricoles nationales (Pro Agro, LAPAR, UNCSV et APPR Forum) pour dénoncer la concurrence jugée déloyale des importations massives de produits agricoles ukrainiens (céréales mais aussi volailles ou oeufs). Venus pour beaucoup en tracteur, les agriculteurs roumains ont notamment protesté devant la représentation de la Commission européenne à Bucarest et le port de Constanta, principal site où arrivent les céréales importées d'Ukraine. « Nous avons respecté les règles de l'UE, mais l'UE n'a pas tenu compte de nos besoins », déplorent-ils. La Commission européenne vient de débloquer un paquet d'aide de 56,3 millions d'euros de la réserve agricole pour soutenir les agriculteurs de Pologne, Bulgarie et Roumanie. « Insuffisant », estiment les producteurs roumains.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

L’Inao hésite à communiquer sur les Siqo, notamment par peur d’être pris en défaut et sans doute aussi à cause de la difficulté à rendre les fondamentaux lisibles pour le consommateur

souligne le rapport rendu public le 25 septembre par le CGAAER (ministère de l’Agriculture), qui plaide pour « la formalisation et la mise en œuvre d’un plan d’action pour l’adaptation (…) au changement climatique &ra