Le Réveil Lozère 26 octobre 2022 a 11h00 | Par Le Réveil Lozère en collaboration avec Agrapresse

Danone veut céder la plupart de ses activités en Russie

Abonnez-vous Reagir Imprimer

Plus de sept mois après le début de la guerre en Ukraine, Danone annonce, dans un communiqué du 14 octobre, son intention de céder le contrôle de la majeure partie de ses activités en Russie. Le géant français de l'agroalimentaire indique qu'il prévoit de transférer le contrôle de son activité « produits laitiers et végétaux », sans donner de précisions sur le repreneur ou la date de cession. L'opération doit encore être approuvée « par les autorités compétentes ». « Durant les neuf premiers mois de l'année 2022, l'activité EDP (Essential Dairy and Plant-based) en Russie a représenté environ 5 % du chiffre d'affaires consolidé de Danone », explique le groupe. La cession de cette activité, qui représente la majeure partie des activités russes du groupe, « pourrait entraîner une dépréciation allant jusqu'à un milliard d'euros ». Danone conserve, en revanche, sa branche « nutrition spécialisée » (lait infantile). Contrairement à de nombreuses multinationales présentes en Russie, le groupe français avait fait le choix de ne pas se désengager de ses activités dans le pays après l'invasion de l'Ukraine fin février, « afin de répondre aux besoins alimentaires essentiels des populations civiles ». Il avait cependant pris la décision de « suspendre tout projet d'investissement en Russie », où il possède treize usines et emploie 8 000 personnes.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

Grâce aux reports de stock de l’année 2021, la majorité des éleveurs et éleveuses sont sereins pour cet hiver mais sont préoccupés par la possibilité que l’année 2023 puisse ressembler à 2022, auquel cas les bilans fourragers seraient loin de l’équilibre

rapporte la dernière note agro-climatique de l’Idele (Institut de l’élevage), publiée le 17 novembre.