Le Réveil Lozère 18 juin 2021 a 09h00 | Par AJ

Dans les fermes, la hausse du prix du lait se fait attendre

Les signaux sont au vert tant sur les marchés laitiers que sur le marché domestique. Pourtant les éleveurs laitiers déplorent de ne toujours pas voir le prix du lait grimper, alors qu'ils font face à une forte progression de leurs charges. Les industriels tentent de rassurer.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Les signaux sont au vert tant sur les marchés laitiers que sur le marché domestique. Pourtant les éleveurs laitiers déplorent de ne toujours pas voir le prix du lait grimper, alors qu'ils font face à une forte progression de leurs charges. Les industriels tentent de rassurer.
Les signaux sont au vert tant sur les marchés laitiers que sur le marché domestique. Pourtant les éleveurs laitiers déplorent de ne toujours pas voir le prix du lait grimper, alors qu'ils font face à une forte progression de leurs charges. Les industriels tentent de rassurer. - © Bernard Griffoul/Illustration

Les industriels laitiers privés l'assurent : le prix du lait payé aux producteurs en 2021 sera supérieur au prix moyen 2020. C'est en tout cas ce que garantit Robert Brzusczak, président de leur fédération, la Fnil, lors de leur assemblée générale du 3 juin. Cette hausse serait la conséquence des négociations commerciales annuelles avec la grande distribution et d'une « situation des marchés qui s'améliore ».
Le lait s'est en effet relativement bien sorti du jeu des dernières négociations commerciales. Si l'ensemble des produits a connu une baisse de prix de l'ordre de 0,3 % en prix triple nets, les produits laitiers (incluant également le rayon oeufs) ont bénéficié d'une hausse de tarifs de 0,5 %, selon l'Observatoire des négociations commerciales annuelles du médiateur des relations commerciales agricoles. Côté marchés des produits laitiers, Benoît Rouyer, économiste à l'interprofession laitière, note dans sa conjoncture du 28 mai, une « forte progression du prix des produits laitiers industriels » depuis le début de l'année 2021. La progression de 800 euros la tonne à 4 000 euros des cours du beurre en l'espace de quatre mois et demi, ou encore de 350 euros à 2 600 euros la tonne de poudre de lait écrémé, en sont les parfaites illustrations.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

Nous considérons que la règle de répartition se doit d’évoluer au regard de la réalité économique

a indiqué l’Élysée lors d’un échange avec la presse concernant le nouveau paquet climat de la Commission le 23 juillet.