Le Réveil Lozère 23 mars 2022 a 15h00 | Par Marion Ghibaudo

De bons résultats, et des interrogations sur l’avenir

Vendredi 18 mars, à Chaze-de-Peyre, a eu lieu l’assemblée générale de Lozère insémination, regroupant une quinzaine d’adhérents.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Vendredi 18 mars, à Chaze-de-Peyre, a eu lieu l’assemblée générale de Lozère insémination, regroupant une quinzaine d’adhérents.
Vendredi 18 mars, à Chaze-de-Peyre, a eu lieu l’assemblée générale de Lozère insémination, regroupant une quinzaine d’adhérents. - © Marion Ghibaudo

« Plus d’un éleveur sur deux fait appel aux services de Lozère insémination pour le renouvellement de son troupeau », a pointé Mathieu Saint-Blancat, le directeur de la coopérative, lors de la présentation de son rapport d’activité. Ce qui représente près de 850 adhérents actifs et près de 28 IAP par adhérent : « un tiers des vaches sont inséminées sur le département ».

Une hausse d’activité continue
Selon les chiffres fournis par le directeur, « la coopérative a une grosse activité sur les allaitants (représentant près de 60 % de l’activité) », 17 % de l’activité est dévolue au troupeau laitier et 22 % des inséminations concernent ce qui est défini comme « race rustique », c’est-à-dire les Aubrac. Si l’activité bovine se porte bien, l’activité caprine est en baisse : une conséquence de problèmes d’insémination récurrents sur les chèvres, et que la coopérative est en pleine réflexion pour tenter de résoudre et aider au mieux leurs éleveurs.
« Le nombre de femelles inséminées progresse cette année, une situation assez rare en France pour être soulignée », s’est réjoui le président de la coopérative Gilles Chanial ; une augmentation qui touche avant tout le troupeau allaitant et la race Aubrac. « Ces chiffres traduisent la volonté des éleveurs d’être toujours plus performants et de croire en l’avenir de leur métier », a pointé le président de la coopérative dans son rapport moral. Une hausse d’activité qui traduit aussi, selon Lozère insémination, la volonté des éleveurs « d’avoir une meilleure maîtrise technico-économique de leur activité ».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

Grâce aux reports de stock de l’année 2021, la majorité des éleveurs et éleveuses sont sereins pour cet hiver mais sont préoccupés par la possibilité que l’année 2023 puisse ressembler à 2022, auquel cas les bilans fourragers seraient loin de l’équilibre

rapporte la dernière note agro-climatique de l’Idele (Institut de l’élevage), publiée le 17 novembre.