Le Réveil Lozère 12 février 2020 a 09h00 | Par Patricia Olivieri

De chouettes alliés...

Au Gaec de Puybasset, dans le Cantal, Hervé et Simon Lacalmontie ont décidé de s'adjoindre les compétences de chouettes dans leur lutte préventive contre les campagnols terrestres.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
- © Patricia Olivieri

Les ennemis de mes ennemis sont mes amis ou du moins mes alliés. Une règle qui vaut aussi dans le monde animal. À Puybasset de Carlat, même si l'on n'a pas connu la même intensité de pullulations de rats taupiers que sur le plateau voisin de Badailhac ou celui du Cézallier, on préfère prévenir que tenter de guérir un nouvel épisode. « Une chouette effraie peut prélever en un hiver 1 000 campagnols pour nourrir sa portée, la chouette chevêche un peu moins mais c'est un bon prédateur aussi », explique Simon Lacalmontie, devenu quasiment incollable sur ces rapaces, que la disparition des haies a fait fuir des campagnes. C'est notamment à la lecture d'articles et de témoignages d'agriculteurs ayant intégré ce comparse ailé dans leur stratégie de lutte globale contre le rongeur qu'est né le projet, partagé avec son frère et associé Hervé, de favoriser l'installation de ces oiseaux nocturnes dans le périmètre de leur exploitation bio.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
Prochaine breve

5 breve(s) � voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

la phrase de la semaine

Aujourd’hui, la zone des Landes malheureusement est condamnée à très court terme

A déclaré Marie-Pierre Pé, la directrice du Cifog (interprofession du foie gras), sur RTL le 8 janvier. Avec une quarantaine de nouveaux cas depuis le 8 janvier, l’épizootie d’influenza aviaire poursuit sa progression