Le Réveil Lozère 27 mai 2022 a 12h00 | Par Alison Pelotier

De Kharkiv à Saint-Péray, un couple d'Ukrainiens sème les graines d'une nouvelle vie

Les premiers contrats saisonniers se mettent en place en France avec les réfugiés ukrainiens fuyant la guerre. Exemple en Ardèche où un couple a pu trouver du travail chez Benoît et Magali Nodin à Saint-Péray.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
De gauche à droite : Nila et son mari Elnur, réfugiés ukrainiens, accueillis à Saint-Péray en Ardèche, accompagnés par Hugues Heurtel, salarié.
De gauche à droite : Nila et son mari Elnur, réfugiés ukrainiens, accueillis à Saint-Péray en Ardèche, accompagnés par Hugues Heurtel, salarié. - © DR

« Avant de prendre la décision de partir, j'ai pleuré pendant 48 heures. » Le 12 mars, Nila et son mari Elnur ont réussi à passer la frontière. Ce couple d'Ukrainiens originaire de Kharkiv a été confronté, comme beaucoup de leurs concitoyens, au dilemme de fuir ou de rester dans leur pays bombardé par les Russes. Grâce à l'aide de l'une de leurs compatriotes, arrivée en France il y a sept ans, ils ont pu être accueillis et mis en sécurité. « Les communes de Saint-Péray et de Cornas en Ardèche ont accueilli une cinquantaine de réfugiés ukrainiens. Les associations nous aident à récolter des dons », explique Anna Bouchardeau, amie d'enfance de Nila, qui aide à traduire ses propos. Il y a maintenant deux semaines que le couple a commencé à travailler chez Benoît et Magali Nodin, producteurs de fruits à Saint-Peray et propriétaires de six hectares de vignes.

Nouvelle vie, nouveaux métiers
« Notre première idée était de partir en Espagne. Grâce à leur accueil, nous avons décidé de rester », témoigne Nila. Souriante et soulagée, cette décoratrice d'intérieur de 36 ans, spécialisée dans la conception de rideaux, a troqué ses ciseaux pour le sécateur. En charge, en ce moment, de l'ébourgeonnage des plants de tomates, elle découvre un tout nouveau métier, dans une langue complètement étrangère. Sous la responsabilité de Marina, salariée de l'exploitation, elle s'occupe des plants et du jardinage. « Le plus dur, c'est de faire passer des consignes sans employer des termes trop techniques. Je m'aide des logiciels de traduction et parle parfois en anglais avec elle.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

J’ai singulièrement envie d’avancer sur le dossier des haies

avait déclaré Marc Fesneau, le 16 novembre lors de la remise des prix de l’Afja (journalistes agricoles).