Le Réveil Lozère 24 février 2021 a 10h00 | Par C.Dézert

De l’importance des zones humides

Le 2 février 1971, il y a cinquante ans déjà, 157 pays ont signé une convention internationale sur les zones humides à Ramsar en Iran. Depuis, cette date a été décrétée « Journée mondiale des zones humides », avec l’objectif de sensibiliser un large public pour leur préservation et faire reconnaître leur importance au niveau mondial.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Le 2 février 1971, il y a cinquante ans déjà, 157 pays ont signé une convention internationale sur les zones humides à Ramsar en Iran. Depuis, cette date a été décrétée « Journée mondiale des zones humides », avec l’objectif de sensibiliser un large public pour leur préservation et faire reconnaître leur importance au niveau mondial.
Le 2 février 1971, il y a cinquante ans déjà, 157 pays ont signé une convention internationale sur les zones humides à Ramsar en Iran. Depuis, cette date a été décrétée « Journée mondiale des zones humides », avec l’objectif de sensibiliser un large public pour leur préservation et faire reconnaître leur importance au niveau mondial. - © Lise Monteillet/Illustration

Ainsi, durant tout le mois de février, des associations, des gestionnaires d’espaces naturels, des centres d’éducation et de documentation ou encore des collectivités se mobilisent pour proposer des animations afin de faire découvrir les richesses et les rôles de ces milieux. Aujourd’hui, la liste Ramsar est le plus grand réseau mondial d’aires protégées et le nombre des signataires s’est étoffé au fil des ans. Le 2 février 2021, on compte 171 pays signataires à travers le monde, 2 416 sites inscrits sur la liste Ramsar pour une superficie de plus de 2,5 millions de kilomètres carrés (4,5 fois la superficie de la France métropolitaine). En France, la convention de Ramsar n’est entrée en vigueur qu’en 1986 avec la désignation de sa première zone humide d’importance internationale : la Camargue. Aujourd’hui, 50 sites français figurent sur cette liste pour une superficie de plus de 3,7 millions d’hectares, aussi bien sur le territoire métropolitain qu’Outre-mer.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

Nous ne pouvons plus assumer financièrement de payer l’intégralité des dégâts agricole pour tout le territoire, alors qu’il y a des zones où nous ne pouvons pas mettre les pieds

rappelle Willy Schraen, président de la FNC.