Le Réveil Lozère 19 octobre 2022 a 10h00 | Par Marion Ghibaudo

De la botte à la toque : des recettes pour grands gourmets

Samedi 15 octobre, à Saint-Chély-d'Apcher et en partenariat avec le lycée hôtelier du Sacré-Coeur, les JA ont organisé la quatrième édition de leur concours De la botte à la toque. Fabrice Archer et Guillaume Calcat ont gagné le concours.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Samedi 15 octobre, à Saint-Chély-d'Apcher et en partenariat avec le lycée hôtelier du Sacré-Coeur, les JA ont organisé la quatrième édition de leur concours De la botte à la toque. Fabrice Archer et Guillaume Calcat ont gagné le concours. (© Marion Ghibaudo) Samedi 15 octobre, à Saint-Chély-d'Apcher et en partenariat avec le lycée hôtelier du Sacré-Coeur, les JA ont organisé la quatrième édition de leur concours De la botte à la toque. Fabrice © Marion Ghibaudo Samedi 15 octobre, à Saint-Chély-d'Apcher et en partenariat avec le lycée hôtelier du Sacré-Coeur, les JA ont organisé la quatrième édition de leur concours De la botte à la toque. Fabrice © Marion Ghibaudo Samedi 15 octobre, à Saint-Chély-d'Apcher et en partenariat avec le lycée hôtelier du Sacré-Coeur, les JA ont organisé la quatrième édition de leur concours De la botte à la toque. Fabrice © Marion Ghibaudo Samedi 15 octobre, à Saint-Chély-d'Apcher et en partenariat avec le lycée hôtelier du Sacré-Coeur, les JA ont organisé la quatrième édition de leur concours De la botte à la toque. Fabrice © Marion Ghibaudo Samedi 15 octobre, à Saint-Chély-d'Apcher et en partenariat avec le lycée hôtelier du Sacré-Coeur, les JA ont organisé la quatrième édition de leur concours De la botte à la toque. Fabrice © Marion Ghibaudo Samedi 15 octobre, à Saint-Chély-d'Apcher et en partenariat avec le lycée hôtelier du Sacré-Coeur, les JA ont organisé la quatrième édition de leur concours De la botte à la toque. Fabrice © Marion Ghibaudo Samedi 15 octobre, à Saint-Chély-d'Apcher et en partenariat avec le lycée hôtelier du Sacré-Coeur, les JA ont organisé la quatrième édition de leur concours De la botte à la toque. Fabrice © Marion Ghibaudo  © Marion Ghibaudo

C'est le duo Fabrice Archer (chef à l'hôtel de la Poste à Châteauneuf-de-Randon) et Guillaume Calcat, éleveur ovin sur la commune de Prévenchères en filière de qualité Élovel qui a remporté le concours, avec deux plats qui ont bluffé le jury : un paleron de boeuf avec un rumsteck de boeuf fumé au foin et une salade de poireaux ; pour la partie sucrée, ils ont mitonné un sablé à la châtaigne avec une gelée au foin, une mousse à la châtaigne et des figues rôties.
L'objectif du concours ? Faire collaborer un chef cuisinier et un Jeune Agriculteur du canton d'Aumont-Saint-Chély, pour inventer et présenter des recettes mettant en lumière des produits du terroir. Pour cette quatrième édition, c'est la filière Fleur d'Aubrac et la châtaigne AOP des Cévennes (en farine ou confiture) qui ont pris les devants de la scène des plats cuisinés devant un public intéressé. Plats qui ont ensuite été jugés par un jury composé d'une dizaine de personnes, dont les critères allaient du goût à la présentation des assiettes, et plus surprenant, la prise en compte des déchets alimentaires et de leur gestion par les équipes. Autour du concours, un marché de producteurs et un atelier-démonstration de pâtisserie ont ponctué la journée pour les visiteurs, qui étaient aussi conviés à déguster un burger, cuisiné par les élèves du lycée hôtelier du Sacré-coeur.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

Grâce aux reports de stock de l’année 2021, la majorité des éleveurs et éleveuses sont sereins pour cet hiver mais sont préoccupés par la possibilité que l’année 2023 puisse ressembler à 2022, auquel cas les bilans fourragers seraient loin de l’équilibre

rapporte la dernière note agro-climatique de l’Idele (Institut de l’élevage), publiée le 17 novembre.