Le Réveil Lozère 12 février 2020 à 09h00 | Par AG

« De la fourche à la fourchette » : Bruxelles consulte

La Commission européenne commence à prendre la température auprès des États membres et des parties prenantes concernant son projet de stratégie « de la fourche à la fourchette ».

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Patrick Cronenberger

Les grandes lignes de la très attendue stratégie « de la fourche à la fourchette », qui devrait être dévoilée le 31 mars par Bruxelles mais dont certaines versions de travail ont déjà fuité, ont été présentées le 31 janvier aux États membres par la commissaire européenne à la Santé, Stella Kyriakides. Elle fixe cinq priorités : assurer la sûreté alimentaire, réduire la consommation de pesticides et d’engrais, lutter contre l’antibiorésistance, soutenir l’innovation et améliorer l’information des consommateurs. La stratégie « de la fourche à la fourchette » prévoit notamment la fixation d’objectifs de réduction de l’utilisation des produits phytosanitaires, des engrais et des antibiotiques, des plans de développement de l’agriculture biologique, de lutte contre le gaspillage alimentaire et contre les fraudes dans la chaîne d’approvisionnement agroalimentaire mais aussi la réouverture des discussions sur l’utilisation des protéines animales transformées, le recours aux nouvelles techniques de sélection végétale ou le bien-être animal.
Le maintien de la sûreté alimentaire « est un objectif non négociable qui restera – et doit rester – notre objectif premier dans toutes nos politiques », prévient d’emblée la commissaire européenne. Sur la réduction de l’usage des pesticides et des engrais, elle se dit convaincue « que nous pouvons fixer des objectifs ambitieux » et, parallèlement, viser à augmenter la superficie des terres consacrées à la production biologique.
« Nous devons étudier de nouvelles méthodes et techniques agricoles pour créer de nouvelles solutions et opportunités à tous les stades de la chaîne alimentaire », souligne la commissaire européenne. Dans ce cadre, l’utilisation de protéines animales transformées dans l’alimentation des animaux et le statut des nouvelles techniques génomiques de sélection végétale, « y compris leur potentiel pour améliorer la durabilité tout au long de la chaîne alimentaire », seront évalués.

 

Article à lire dans le Réveil Lozère n°1547, du 13 février 2020, en page 7.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

la phrase de la semaine

Des bénéfices économiques directs, et une productivité ou une rentabilité accrue sont les conditions essentielles de l’adoption des pratiques durables à court terme

soulignent des chercheurs dans une étude publiée le 4 octobre dans Nature.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui