Le Réveil Lozère 07 avril 2021 a 09h00 | Par Propos recueillis par Ivan Logvenoff

De nouveaux critères de non-protégeabilité, « le plus vite possible »

À l’issue d’une rencontre en Côte-d’Or le 23 mars avec le préfet référent loup, les éleveurs auraient obtenu des critères de non-protégeabilité individuels pour les nouveaux territoires colonisés par le loup. Claude Font, référent Loup de la Fédération nationale ovine (FNO) en détaille les contours attendus, et appelle à une publication rapide des textes réglementaires.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Claude Font, référent loup de la fédération nationale ovine.
Claude Font, référent loup de la fédération nationale ovine. - © SC

Qu’est-ce que la non-protégeabilité ?
Il faut distinguer la non-protégeabilité des zones difficilement protégeables. La première notion prévoit que, pour obtenir les aides ou des tirs de défense simple, certaines exploitations non-protégeables peuvent être exemptées de l’exigence de mesures de protection. Elle est définie par l’article 6 de l’arrêté de 2018 sur la prédation à l’échelle de l’exploitation.
C’est une disposition qui a encore peu servi, et dont nous avons essayé de définir les critères au travers d’un travail sur le cadre national dans plusieurs départements, la Savoie, la Haute-Loire, et la Meurthe-et-Moselle, ainsi que par une expertise sur le terrain avec la chambre d’agriculture en Saône-et-Loire.
Il ne faut pas confondre ces mesures sur les exploitations avec la notion de zones difficilement protégeables, qui, comme le prévoit l’article 36 du même arrêté, sont définies au niveau territorial, par une décision du préfet coordonnateur, comme en Lozère ou en Aveyron.

Quels critères recommandez-vous de privilégier ?
Les élevages ovins en Saône-et-Loire, ou même en Côte-d’Or et dans l’Yonne sont des systèmes herbagers qui mènent un travail de haute valeur génétique, ce qui implique de fractionner les troupeaux en une multitude de lots. Un troupeau divisé sur le parcellaire en six, huit ou dix lots pourrait, selon nous, être un critère de protégeabilité.
Il y aurait également un critère financier. Les éleveurs sont financés à hauteur de 80 % pour leurs mesures de protection, avec un plafond. Lorsque la protection dépasse ce plafond, l’éleveur devrait pouvoir être considéré comme non-protégeable.
Nous préconisons également d’autres critères comme la présence de cours d’eau, de chemin cadastré sur les parcelles, ou encore la reconnaissance du travail dans les champs des éleveurs. Nous essayons de faire valoir qu’une surcharge de travail peut exister à certaines saisons dans ces systèmes de plaine, et limiter la capacité des éleveurs à se protéger.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

Nous ne pouvons plus assumer financièrement de payer l’intégralité des dégâts agricole pour tout le territoire, alors qu’il y a des zones où nous ne pouvons pas mettre les pieds

rappelle Willy Schraen, président de la FNC.