Le Réveil Lozère 27 juillet 2022 a 13h00 | Par Agrapresse en collaboration avec le Réveil Lozère

Décrochage des rendements européens en maïs, soja et tournesol

Abonnez-vous Reagir Imprimer

Le bulletin de prévisions mars de la Commission européenne a nettement réduit le 25 juillet les perspectives de rendements dans l'UE pour les grandes cultures d'été « en raison de la persistance de conditions météorologiques chaudes ou sèches dans de grandes parties de l'Europe ». « Au niveau de l'UE, les prévisions de rendement pour le maïs grain, le tournesol et le soja ont été très nettement réduites (de 8 à 9 % sur un mois) et sont désormais bien inférieures à la moyenne quinquennale », à respectivement 7,25 tonnes par hectare, 2,18 tonnes par hectare et 2,72 tonnes par hectare, d'après le document. L'impact météo est « plus prononcé dans les régions déjà touchées par un déficit pluviométrique de longue durée, telles que de grandes parties de l'Espagne, le sud de la France, le centre et le nord de l'Italie, le centre de l'Allemagne, le nord de la Roumanie, l'est de la Hongrie et l'ouest et le sud de l'Ukraine ». Outre des effets sur la croissance, la sécheresse et le stress thermique dans plusieurs régions ont coïncidé avec le stade de la floraison, entraînant une réduction de la fertilité des fleurs, poursuit le bulletin. « De plus, dans plusieurs des régions où les cultures d'été dépendent de l'irrigation, les réservoirs d'eau sont à un niveau très bas, insuffisant pour soutenir la demande. »

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

En passant la brique de lait demi-écrémée à 0,80 € en magasin (contre 0,76 € auparavant, NDLR), nous arrivons à payer les producteurs 430 € les 1000 l. Par contre, je ne dégage aucune marge, si ce n’est les 10 % d’Égalim

explique Michel Biero, directeur Achats Lidl France, qui souhaiterait voir ses concurrents lui emboîter le pas.