Le Réveil Lozère 27 mars 2019 a 10h00 | Par FD Cuma 48

Dégâts de sangliers : une journée pour remettre ses cultures en état

Les Cuma se préparent pour vous accueillir lors de la journée « remise en état des cultures suite aux dégâts de sangliers ». Rendez-vous le mardi 2 avril près du hameau de la Valette, commune de Florac Trois rivières.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
- © FD Cuma 48

Aléas climatiques, fermeture des territoires… L’agriculture lozérienne doit aujourd’hui faire face à de nombreuses contraintes. La problématique des dégâts de sangliers est, ces dernières années, de plus en plus présente que ce soit dans le sud du département, les causses ou même les plateaux de la Margeride. Ces dégâts, parfois très importants, entraînent des dommages considérables sur les parcelles et peuvent provoquer des pertes non négligeables.
Une intervention mécanique est alors nécessaire pour tenter de remettre en état les parcelles. Du matériel ô combien trop coûteux pour être acheté individuellement. La Cuma reste la meilleure solution afin de disposer de matériels performants à un coût réduit.

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1503, du 28 mars 2019, en page 6.

À noter

La FD Cuma organise en partenariat avec la Cuma d’Aumont une seconde journée machinisme sur le thème des techniques de sur-semis et semis direct, le mardi 7 mai au Truc-de-l’Homme près du hameau du Fau-de-Peyre sur la commune de Peyre-en-Aubrac.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

Les mots ont agacé, parce qu’ils ont sans doute été trop forts

regrette Loïc Guines, président de l’Agence bio et référent bio pour l’Apca dans une interview avec Agra presse parue le 17 juin.