Le Réveil Lozère 14 avril 2021 a 10h00 | Par MR

Denormandie donne des gages sur l’aide bovine et l’éco-régime

Réunissant les syndicats agricoles rue de Varenne, le ministère de l’Agriculture a présenté les avancées de ses travaux sur la déclinaison française du 1er pilier de la future Pac. La DGPE (ministère) a notamment précisé son scénario d’aide bovine à l’UGB, qui inclurait un montant différent selon que l’animal primé soit laitier ou allaitant.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Réunissant les syndicats agricoles rue de Varenne, le ministère de l’Agriculture a présenté les avancées de ses travaux sur la déclinaison française du 1er pilier de la future Pac. La DGPE (ministère) a notamment précisé son scénario d’aide bovine à l’UGB, qui inclurait un montant différent selon que l’animal primé soit laitier ou allaitant.
Réunissant les syndicats agricoles rue de Varenne, le ministère de l’Agriculture a présenté les avancées de ses travaux sur la déclinaison française du 1er pilier de la future Pac. La DGPE (ministère) a notamment précisé son scénario d’aide bovine à l’UGB, qui inclurait un montant différent selon que l’animal primé soit laitier ou allaitant. - © Manuel Bouquet – MCT

Dans le cadre de la consultation autour de la déclinaison française de la future Pac, le Plan stratégique national (PSN), le ministre de l’Agriculture Julien Denormandie a réuni, le 6 avril, les représentants nationaux des cinq principaux syndicats agricoles, en présence de la directrice de la DGPE (ministère de l’Agriculture) Valérie Metrich-Hecquet. Une réunion pour « dégonfler » la tension, voire recadrer selon certains participants, après que le ministère a diffusé des premiers scénarios en mars, et que le syndicalisme majoritaire s’est ensuite mobilisé, notamment sur ce motif.
La principale nouveauté annoncée par la rue de Varenne porte sur le projet d’aide bovine à l’UGB élaboré par la DGPE qui remplacerait les aides à la vache allaitante (ABA) et à la vache laitière (ABL). Dans le document présenté en mars, les fonctionnaires évoquaient l’attribution des aides sans distinction de race ou de destination, ce qui faisait craindre à la Fédération nationale bovine (FNB) un transfert important du cheptel allaitant vers le laitier. Ce dernier touche actuellement 127 millions d’euros pour 2,59 millions de têtes, contre 608 millions d’euros pour l’allaitant, avec 3,8 millions de têtes.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

Les milliers d’hectares de la Vallée de la Marne ainsi que quelques secteurs de l’Aube sont particulièrement touchés par ce champignon qui aime l’humidité et la chaleur

confirme Maxime Toubart, président du Syndicat général des vignerons (SGV) et co-président du Comité interprofessionnel du vin de Champagne (CIVC).