Le Réveil Lozère 17 avril 2019 a 11h00 | Par Sophie Chatenet

Déployer toutes les segmentations possibles

Altitude, pâturage, et typicité…Un trio a priori gagnant pour la filière laitière de montagne mais dont elle ne bénéficie pas pleinement. Dans le Massif central, trois-quarts du lait produit en montagne échappe, en effet, à une valorisation substantielle.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Avec les Pyrénées, le Massif central est le territoire où le nombre de vaches laitières a le plus fortement diminué ces dernières années.
Avec les Pyrénées, le Massif central est le territoire où le nombre de vaches laitières a le plus fortement diminué ces dernières années. - © SC

À l’initiative de l’Institut de l’élevage en partenariat avec le Cniel et la confédération nationale de l’élevage, les acteurs de la filière laitière se sont retrouvés autour d’un programme de conférences, la semaine dernière à Paris. Des conférences retransmises en région, qui portaient sur des thématiques diverses, dont celle de la valorisation de la production laitière de montagne. D’abord sur les chiffres, 14 % de la production laitière nationale est produite en montagne. Il faut compter entre 120 et 130 euros supplémentaires pour produire un lait en montagne, par rapport à un lait produit en plaine. « Un différentiel compensé seulement en partie par les indemnités compensatoires de handicaps naturels dont nous attendons d’ailleurs toujours la revalorisation », explique Michel Lacoste, producteur dans le Cantal, président du Cnaol (Conseil national des appellations d’origine laitières) et secrétaire général adjoint de la FNPL (Fédération nationale des producteurs de lait). D’où l’intérêt, selon lui, de disposer de soutiens pour accompagner la production laitière en montagne, finalement très protéiforme.

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1506, du 18 avril 2019, en page 7.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

Je les invite plutôt à rejoindre les forces vives des structures qui œuvrent au quotidien à faire bouger les lignes. Tout comme j’encourage les jeunes à rejoindre nos écoles d’agronomie pour contribuer demain à accompagner ces indispensables évolutions

a répondu le président de chambres d’agriculture France (ex-Apca), Sébastien Windsor, le 16 mai dans une longue « lettre ouverte » au collectif d’étudiants d’AgroParisTech.