Le Réveil Lozère 28 octobre 2020 à 11h00 | Par Marion Ghibaudo

Des analyses encourageantes pour la santé des ruchers en Lozère

 Le programme Survapi prend fin après deux années d’expérimentations sur le terrain. La chambre d’agriculture de Lozère a participé à ce projet depuis son lancement en 2018, avec la collaboration de Philippe Jaffuel, l’apiculteur qui a prêté une partie de son rucher pour mener le programme à bien.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
 Le programme Survapi prend fin après deux années d’expérimentations sur le terrain. La chambre d’agriculture de Lozère a participé à ce projet depuis son lancement en 2018, avec la collaboration de Philippe Jaffuel, l’apiculteur qui a prêté une partie de son rucher pour mener le programme à bien.
 Le programme Survapi prend fin après deux années d’expérimentations sur le terrain. La chambre d’agriculture de Lozère a participé à ce projet depuis son lancement en 2018, avec la collaboration de Philippe Jaffuel, l’apiculteur qui a prêté une partie de son rucher pour mener le programme à bien. - © Marion Ghibaudo

« Cette expérience a été imaginée dans le cadre du programme Écophyto, dont l’objectif est d’utiliser moins de produits phytosanitaires en agriculture », explique David Folcher, conseiller animateur en développement territorial à la chambre d’agriculture. Les premières analyses lozériennes ont démontré une faible contamination des ruchers par des produits phytosanitaires.
« Il s’agit d’un projet pluriannuel mené en interrégion qui vise à mettre en place un travail en collaboration entre agriculteurs et apiculteurs, pour permettre une amélioration des pratiques prenant en compte l’enjeu de protection des abeilles », selon la plaquette de présentation, et dont l’initiative revient à la chambre d’agriculture de Nouvelle-Aquitaine qui a imaginé le projet.
En Lozère, souligne David Folcher, « il y a eu une vraie volonté politique de la part de la chambre d’agriculture d’être présent dans le programme ». Entre coût des analyses et participation à l’enquête,le budget dédié a été conséquent, mais jugé important « pour apporter les réponses aux apiculteurs, parce qu’il y a de la mortalité et qu’on ne sait pas d’où elle vient », note le conseiller animateur en développement territorial.
Sur les ruchers de Philippe Jaffuel, en hivernage aux Estrets, dix ruches ont été suivies sur huit semaines durant deux années. La Lozère, département de polyélevage, était un milieu intéressant à intégrer à l’étude. Les cinq autres régions représentées vont du paysage viticole aux grandes cultures.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

Il est inacceptable que les personnes qui produisent la majeure partie des aliments consommés dans le monde et qui sont les plus exposées face à des conditions météorologiques de plus en plus imprévisibles, soient aussi celles qui bénéficient du plus faible appui.

A déclaré Gilbert F. Houngbo, président du Fonds international de développement agricole (Fida), cité dans un communiqué.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 19 unes régionales aujourd'hui