Le Réveil Lozère 13 juillet 2022 a 14h00 | Par Marion Ghibaudo

Des assises de la forêt sous le signe d’un optimisme prudent

Lundi 4 juillet, à Meyrueis, a eu lieu les assises de la forêt, regroupant les assemblées générales de la forêt privée Lozérienne et Gardoise et celle de Fransylva Lozère. L’après-midi, un déplacement en forêt était prévu.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Lundi 4 juillet, à Meyrueis, a eu lieu les assises de la forêt, regroupant les assemblées générales de la forêt privée Lozérienne et Gardoise et celle de Fransylva Lozère. L’après-midi, un déplacement en forêt était prévu.
Lundi 4 juillet, à Meyrueis, a eu lieu les assises de la forêt, regroupant les assemblées générales de la forêt privée Lozérienne et Gardoise et celle de Fransylva Lozère. L’après-midi, un déplacement en forêt était prévu. - © Marion Ghibaudo

Lundi 4 juillet, dans la salle des fêtes de Meyrueis réservée pour l’occasion, les adhérents des syndicats Fransylva Lozère et la Forêt privée Lozérienne et gardoise (FPLG) se sont réjouis d’un « retour à la normale même si l’épée de Damoclès du Covid-19 plane toujours sur nos têtes ». Les bonnes nouvelles dans le milieu de la forêt concernent principalement les prix hauts de bois, un effet de marché qui a réjoui les adhérents des syndicats, même si des baisses restent possibles sur le long terme.
Cette assemblée générale a été l’occasion pour le FPLG de revenir sur les exercices 2019-2020 et 2020-2021 et présenter les exercices statutaires de ces deux années, puisque comme l’a souligné son président Alain Bruchet, il n’avait pas été possible lors des deux dernières années de « programmer les assemblées générales dans des conditions acceptables ». La dernière rencontre du syndicat remontait donc à 2019, au Collet-de-Dèze. Ce rendez-vous du 4 juillet a aussi été l’occasion pour le président du FPLG d’annoncer la date probable de la prochaine assemblée d’ici à la fin du mois d’octobre. « Elle sera l’occasion de présenter l’exercice 2021-2022 et sera proposé une assemblée générale extraordinaire pour une mise à jour des statuts », a expliqué Alain Bruchet.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

En passant la brique de lait demi-écrémée à 0,80 € en magasin (contre 0,76 € auparavant, NDLR), nous arrivons à payer les producteurs 430 € les 1000 l. Par contre, je ne dégage aucune marge, si ce n’est les 10 % d’Égalim

explique Michel Biero, directeur Achats Lidl France, qui souhaiterait voir ses concurrents lui emboîter le pas.