Le Réveil Lozère 01 septembre 2021 a 12h00 | Par Marion Ghibaudo

Des biscuits fabriqués à partir de déchets de brassins de bière

Tout commence par une rencontre entre des restaurateurs, des producteurs de bière et des boulangers-pâtissiers. Et cela se termine par la vente de « Drèches », des biscuits fabriqués à partir de déchets de brassins de bière, appelés drèches.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Alexandre et Magali Aurel, les propriétaires de l'auberge de la Tourre. (© Marion Ghibaudo) La brasserie de la naine d'où proviennent les drèches. © Marion Ghibaudo

L'auberge de la Tourre à Marchastel, la boulangerie-pâtisserie les Trois saveurs à Malbouzon et la brasserie de la Naine à Saint-Chély-d'Apcher se sont donc lancés, en collaboration, dans cette drôle d'aventure, dans laquelle chacun joue un rôle bien précis.
Magali et Alexandre Aurel, puisqu'il faut bien commencer cette histoire quelque part, sont les fiers propriétaires de l'auberge de la Tourre à Marchastel, depuis 2010. « Nous avons eu un coup de coeur pour ce lieu, avons acheté les murs en 2007, et après trois ans de travaux, nous avons pu ouvrir », explique Magali Aurel. Issus tous deux du monde agricole, ils souhaitaient retrouver leurs racines après avoir passé une partie de leurs carrières à Montpellier. C'est par la cuisine qu'ils ont décidé d'honorer leur héritage, en proposant des produits locaux et de qualité à leurs clients. « On aime faire ressortir ce qu'il y a de mieux dans le produit », détaille Magali Aurel, la cuisinière.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

La liste (ndlr publiée par la commission européenne) explique parfaitement pourquoi nous demandons depuis le premier jour qu’une étude d’impact complète soit réalisée

ont à nouveau dénoncé les organisations et coopératives agricoles de l’UE (Copa-Cogeca).