Le Réveil Lozère 27 mai 2020 a 09h00 | Par Patricia Olivieri

Des boucles pâturon pour gagner du temps à la traite

Une automatisation de l’identification des animaux à la traite, proposée par Cantal conseil élevage.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
La boucle, équipée d’une puce RFID, est posée sur la patte arrière de l’animal.
La boucle, équipée d’une puce RFID, est posée sur la patte arrière de l’animal. - © P. Olivieri

Pour faciliter l’identification des vaches en salle de traite, Cantal conseil élevage (CCE) propose des bagues pâturons Reyflex, des bagues réinscriptibles permettant aux éleveurs de gagner du temps et d’éviter les erreurs d’échantillonnage. Ce dispositif innovant, développé par l’entreprise Reyflex, spécialisée dans la fabrication et commercialisation de boucles d’identification pour les animaux d’élevage, permet d’automatiser le repérage des animaux. Il a été installé et testé pour l’heure dans deux élevages de Saint-Saturnin. « On a lancé ce service pour les éleveurs qui travaillent avec plusieurs salariés ou trayeurs, pour les grands troupeaux de plus de cent têtes dont l’éleveur ne connaît pas forcément toutes les vaches et qui simplifient le contrôle de performances », explique Élisabeth Bonnal, conseillère à Cantal conseil élevage.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

Les milliers d’hectares de la Vallée de la Marne ainsi que quelques secteurs de l’Aube sont particulièrement touchés par ce champignon qui aime l’humidité et la chaleur

confirme Maxime Toubart, président du Syndicat général des vignerons (SGV) et co-président du Comité interprofessionnel du vin de Champagne (CIVC).