Le Réveil Lozère 31 juillet 2021 a 09h00 | Par P. Olivieri

Des calories rondement échangées…

Des économies électriques notables permises par l’installation d’un pré-refroidisseur de lait et d’un récupérateur de chaleur du tank.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
La salle de traite en 2×10 permet de traire cent vaches en un peu plus d’une à deux heures.
La salle de traite en 2×10 permet de traire cent vaches en un peu plus d’une à deux heures. - © P.Olivieri

Rien ne se perd, tout s’échange au Gaec Combret de Gresse… du moins les calories. Dès 1986, l’année qui a suivi l’arrivée de la famille originaire de Leynhac sur cette exploitation de Saint-Étienne-Cantalès, Bruno Combret et son père ont décidé d’équiper l’installation de traite d’un pré-refroidisseur avec une double vocation : refroidir le lait tout juste collecté avant qu’il ne soit introduit dans le tank et réchauffer l’eau d’abreuvement des basses installées en sortie de salle de traite. « Quand on commence à traire, on ouvre la vanne d’eau qui va circuler dans plusieurs tours de serpentin à contre-courant du lait » explique Bruno Combret, associé aujourd’hui au sein du Gaec avec son frère Serge et sa sœur Marie Cécile Capel, son épouse Jacqueline étant elle salariée à mi-temps de l’exploitation.

De l’eau tiède pour les vaches
Ce système de pré-refroidissement tubulaire co-axial va ainsi abaisser la température du lait de 15 à 20° et relever celle de l’eau de la source de 7 à 8°C, soit aux alentours de 15°C. « En hiver, on ouvre la vanne à fond pour que les vaches aient de l’eau tiède », précise l’éleveur… et ça marche. Aucune de la petite centaine de prim’holstein traite chaque matin et soir ne se prive de cette eau à bonne température. À la clé : du bien-être pour les animaux avec pour corollaire une productivité accrue (gain de productivité de l’ordre de 0,5 à un litre/j/VL selon la littérature), mais surtout des économies d’électricité (la baisse de consommation électrique du tank à lait, le plus gourmand du bloc traite*, est estimée entre 35 % et 50 %). Par ailleurs, en diminuant les chocs thermiques lorsque le lait est introduit dans le tank, le pré-refroidissement permet une réduction de la lipolyse induite. Acheté à l’époque 6 500 F, soit 1 000 €, cet équipement est toujours en place 35 ans plus tard et continue de démontrer son efficacité.
Le système a été optimisé il y a plusieurs années déjà avec l’ajout d’un Therma-Stor raccordé au tank à lait de 8 000 litres installé dans l’ancienne salle de traite, remplacée par une installation 2×10 postes, qui permet de traire la petite centaine de laitières en guère plus d’une à deux heures. Il s’agit d’un échangeur de chaleur à double paroi avec ballon de stockage** (500 l) de l’eau qui récupère la chaleur du gaz, contenu dans la double paroi du tank à lait pour chauffer l’eau avant sa future utilisation dans la salle de traite. Avec là encore des économies d’électricité (70 à 80 % sur le chauffe-eau).
Au Gaec Combret, on recycle aussi l’eau de pluie tombée sur la vaste toiture de la stabulation qui vient alimenter deux cuves de 1 000 litres chacune. Des cuves bien pleines cet été et qui vont servir entre autres à laver l’aire d’attente du troupeau.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

Nous ne pouvons plus assumer financièrement de payer l’intégralité des dégâts agricole pour tout le territoire, alors qu’il y a des zones où nous ne pouvons pas mettre les pieds

rappelle Willy Schraen, président de la FNC.