Le Réveil Lozère 12 janvier 2022 a 12h00 | Par Marion Ghibaudo

Des cèdres de l'Atlas en forêt domaniale de Mende

Mardi 11 janvier, en présence de la préfète Valérie Hatsch, accompagnée de l'Office nationale des forêts (ONF), des cèdres de l'Atlas ont été plantés en forêt domaniale de Mende, sur la commune de Balsièges.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Mardi 11 janvier, en présence de la préfète Valérie Hatsch, accompagnée de l'Office nationale des forêts (ONF), des cèdres de l'Atlas ont été plantés en forêt domaniale de Mende, sur la commune de Balsièges.
Mardi 11 janvier, en présence de la préfète Valérie Hatsch, accompagnée de l'Office nationale des forêts (ONF), des cèdres de l'Atlas ont été plantés en forêt domaniale de Mende, sur la commune de Balsièges. - © Marion Ghibaudo

En forêt domaniale de Mende, les promeneurs pourront, d'ici quelques années, admirer de beaux cèdres de l'Atlas, plantés sur les versants ensoleillés, et en forte pente, au-dessus du Villaret (commune de Balsièges). 16 350 plants répartis sur une surface de 11 hectares devraient, à terme, grandir ici, dans le cadre du renouvellement forestier. La cérémonie de plantation et dévoilement de la plaque France Relance a eu lieu en présence de Philippe Martin, maire de Balsièges, de Valérie Trémolières, conseillère municipale de Mende déléguée à l'environnement, et de Jean-Louis Vayssier, maire des Salces. Lors de son discours, la préfète de Lozère a rappelé « la nécessité d'accroître la résilience des forêts, un enjeu qui passe notamment par la recherche d'une plus grande diversité des essences ».
Pour lutter contre le dépérissement des forêts, le changement climatique et encourager la séquestration de carbone, « des enjeux d'importance », selon Pierre Demangeat, directeur de l'ONF en Lozère, ces plantations menées par l'ONF revêtent aujourd'hui un caractère impératif. Si l'ONF a choisi de planter des cèdres de l'Atlas, « c'est après de nombreux tests, parce que c'est l'essence qui résiste le mieux aux changements climatiques actuels », a assuré le directeur de l'ONF : « Ils ont une bonne résistance à la chaleur estivale, au manque d'eau et aux sols superficiels ». Car, et c'était là l'une des difficultés de cette plantation, le sol du versant choisi est très pauvre, la roche affleurant par endroits et en forte pente. Le pin noir d'Autriche, autre arbre emblématique de la Lozère, atteint aujourd'hui ses limites face aux changements climatiques qui s'accélèrent. En Lozère, ce sont 137 hectares de peuplements forestiers domaniaux qui sont concernés par le renouvellement forestier à court terme, dont « 80 hectares seront reboisés à l'automne ou au printemps prochain pour un investissement de 467 000 euros », ont souligné les services de la préfecture.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

Les mots ont agacé, parce qu’ils ont sans doute été trop forts

regrette Loïc Guines, président de l’Agence bio et référent bio pour l’Apca dans une interview avec Agra presse parue le 17 juin.