Le Réveil Lozère 03 juin 2020 a 11h00 | Par Agrafil

Des chercheurs de l’Inrae demandent l’application du principe pollueur-payeur

Abonnez-vous Reagir Imprimer

« Une application stricte du principe pollueur-payeur » permettrait d’envoyer aux agriculteurs « les bons signaux de prix », estiment quatre chercheurs de l’Inrae dans un article paru le 27 mai sur le site The Conversation, dédié à la vulgarisation scientifique. Saluant les ambitions du pacte vert européen, Cécile Détang-Dessendre, Hervé Guyomard, Louis-Georges Soler, et Vincent Réquillart, appellent à un renforcement des instruments environnementaux de la Pac, par une taxation sur les produits phytosanitaires, les engrais, ou encore les émissions de gaz à effet de serre. Le produit de ces taxes, envisagent les chercheurs, permettrait dans un second temps « une mise en œuvre ambitieuse du principe fournisseur-payé », en rémunérant les producteurs « pour leurs efforts additionnels en matière de protection de l’environnement et de la santé ». Estimant que l’agriculture biologique est un « prototype » de ce que pourrait être l’agroécologie, les scientifiques plaident pour une mise en œuvre progressive de leurs recommandations, afin de ne pas mettre en cause l’équilibre économique des exploitations. L’ensemble de ces mesures devra être soutenu selon eux par « la conservation du produit des taxes à l’intérieur du secteur agricole et l’alignement des accords commerciaux au respect des mêmes exigences ».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
Prochaine breve

5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

Nous avons eu l’agréable surprise de voir les Français présents aux achats

explique Cassandre Matras, responsable de projets au sein de l’Idele.