Le Réveil Lozère 24 mars 2021 a 09h00 | Par AgraPresse

Des chercheurs tirent à boulets rouges sur E = M6 spécial Agriculture

Abonnez-vous Reagir Imprimer

Dans une tribune parue sur le site du quotidien Le Monde le 17 mars, un collectif de 26 chercheurs francophones (CNRS, Inrae, MNHN…) regrette la collaboration d’instituts de recherche publique, notamment l’Inrae, avec des émissions à vocation scientifique qui, selon eux, « présentent toutes les caractéristiques des dispositifs de fabrique de l’ignorance ». Les scientifiques, dont une large partie d’écologues, visent notamment la récente émission du magazine E = M6 dédiée à l’agriculture, diffusée le 1er mars, qui « prétend comparer scientifiquement différentes formes d’agriculture pour informer sur leurs atouts et impacts ». Pour les chercheurs, « il ne s’agit pas d’une démarche scientifique, malgré l’utilisation d’appareils dernier cri », et selon eux, « de nombreuses omissions introduisent un biais sur les atouts et les limites des agricultures présentées ». La tribune évoque également l’émission C’est bon à savoir, présentée par le médecin Michel Cymes et sponsorisée par Aprifel, qui prend, à leurs yeux, « des apparences de la rigueur scientifique pour faire passer les idées que l’usage des pesticides serait limité, sécurisé et sans effet sur la santé ».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
Prochaine breve

5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

Les céréales, une denrée de base qui occupe près de 65 % de la surface cultivée de l’UE et qui est principalement utilisée pour l’alimentation animale, est la culture la plus sévèrement touchée. Nous avons notamment constaté que pour chaque année marquée par un épisode de sécheresse, les pertes de céréales augmentent de 3 %

a indiqué Teresa Bras, de la Nova School of Science and Technology de Lisbonne.