Le Réveil Lozère 31 mars 2021 a 10h00 | Par G.S.

Des clefs pratiques pour bien vendre sur internet

Alors que la vente en ligne se multiplie, l’agence Lozère développement* organisait lundi 22 mars une session d’information pour les personnes désireuses de mieux valoriser leurs produits en ligne, en tenant compte des enjeux particuliers du territoire.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Alors que la vente en ligne se multiplie, l’agence Lozère développement* organisait lundi 22 mars une session d’information pour les personnes désireuses de mieux valoriser leurs produits en ligne, en tenant compte des enjeux particuliers du territoire.
Alors que la vente en ligne se multiplie, l’agence Lozère développement* organisait lundi 22 mars une session d’information pour les personnes désireuses de mieux valoriser leurs produits en ligne, en tenant compte des enjeux particuliers du territoire. - © Lise Monteillet/Illustration

Tous en ligne ! Depuis le premier confinement, le secteur de la vente commerciale sur internet est en plein boom, y compris dans les territoires ruraux. Mais encore faut-il savoir par quelle porte entrer dans cet univers. Raison pour laquelle l’agence départementale Lozère développement a organisé ce 22 mars une vidéoconférence sur le thème « mettre en valeur ses produits sur internet ». Invité de ce rendez-vous, Laurent Caplat, présent sur internet depuis le début des années 2000. « On avait créé une agence web à La Canourgue, juste en face d’un magasin de producteurs » raconte-t-il. De cette rencontre naît Bienmanger.com, un site d’e-commerce pour favoriser la diffusion de produits qualitatifs « à une époque où le marché n’était pas encore prêt ». Depuis, le chiffre d’affaires du secteur de l’e-commerce a été multiplié par cent et continue sa progression, notamment en Occitanie. « Le Covid a eu un effet d’accélération, on a gagné trois ans sur le développement du marché » assure Laurent Caplat, avec une bascule parfois très contrainte pour des producteurs qui ont dû écouler du jour au lendemain jusqu’à la totalité de leur production suite aux mesures sanitaires. Faut-il voir dans cet essor un miracle ? Loin de là selon Laurent Caplat : « s’insérer en ligne demande du travail et des prises de risques, du temps, des moyens et des compétences » énumère le chef d’entreprise. Il existe aujourd’hui trois solutions principales : vendre soi-même directement sur son propre site, utiliser une plateforme d’e-commerce qui n’aura qu’à être approvisionnée, comme la communauté de Communes du Gévaudan vient d’en lancer une le 16 mars dernier. Enfin, solution intermédiaire, le producteur pourra s’inscrire sur une place de marché en ligne qui s’occupera de l’infrastructure des ventes mais qu’il faudra alimenter en contenus et en produits. Des solutions qui ont chacune leurs intérêts mais doivent toutes être pensées en amont pour éviter les déconvenues.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

Il est nécessaire que les particularités des projets agricoles soient prises en compte : la FNSEA et l’Apca poursuivront leur combat pour exclure les bâtiments à vocation agricole du dispositif

lancent les organisations dans un communiqué le 4 juin.