Le Réveil Lozère 27 janvier 2021 a 09h00 | Par AG

Des critères pas si simples à définir

Abonnez-vous Reagir Imprimer

Face au nombre important de réponses reçues dans le cadre d’une consultation publique clôturée le 18 décembre, la Commission européenne est forcée de retarder la publication des premiers actes délégués qui doivent fixer les critères de sélection des investissements « verts » dans le cadre du règlement sur la « taxonomie » adopté au mois de juin. Ces critères techniques devront déterminer quels investissements contribuent de manière substantielle à l’atténuation du changement climatique ou à l’adaptation au changement climatique, et si cette activité économique ne cause aucun préjudice significatif à l’un des autres objectifs environnementaux de l’UE. Les critères pour le secteur agricole devraient, souligne Bruxelles dans son projet, permettre de maximiser et maintenir le potentiel de puits de carbone des terres. La proposition initialement attendue pour début janvier pourrait finalement être publiée en février. Le projet devra alors obtenir l’aval, avec une période d’examen de deux mois, du Conseil et du Parlement européen, lesquels se montrent déjà très critiques sur ces critères censés s’appliquer à partir du 1er janvier 2022.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

Je reste persuadée que les cartes sur lesquelles s’appuient l’expertise des prairies ne reflètent pas les pertes réelles de fourrage par la méthode des indices de pousse de l’herbe

a déclaré Christine Valentin, présidente de la chambre d’agriculture, alors que les calamités agricoles 2022 sont en cours de paiement auprès des agriculteurs concernés.