Le Réveil Lozère 02 juillet 2021 a 09h00 | Par YG, LM

Des dégâts « catastrophiques », pointe Christiane Lambert

Les orages qui sévissent depuis le 19 juin ont causé par endroits des dégâts « catastrophiques » dans les exploitations agricoles de nombreuses régions, s’est alarmée le 22 juin la présidente de la FNSEA Christiane Lambert.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Les orages qui sévissent depuis le 19 juin ont causé par endroits des dégâts « catastrophiques » dans les exploitations agricoles de nombreuses régions, s’est alarmée le 22 juin la présidente de la FNSEA Christiane Lambert.
Les orages qui sévissent depuis le 19 juin ont causé par endroits des dégâts « catastrophiques » dans les exploitations agricoles de nombreuses régions, s’est alarmée le 22 juin la présidente de la FNSEA Christiane Lambert. - © François d’Alteroche/Illustration

« Chez moi dans le Saumurois, dans le sud du Maine-et-Loire, de la grêle a complètement ravagé des vignes », a déclaré Christiane Lambert à l’AFP. En Île-de-France et notamment en Seine-et-Marne, de fortes précipitations (« 80 mm le samedi soir et à nouveau 60 mm le dimanche ») ont entraîné des coulées de boue dans les cultures céréalières, a-t-elle détaillé. Elle a également fait état d’« énormes dégâts » en Bourgogne-Franche-Comté, avec parfois « des parcelles détruites à 100 % » en Côte-d’Or ; « idem dans le Doubs, avec des grêlons de 10 cm de diamètre ». Même constat dans l’Yonne et la Saône-et-Loire, avec des dégâts sur les cultures céréalières et sur les vignes.
Parmi les autres départements touchés : l’Allier, l’Ardèche, le Gers, l’Aude, le Lot-et-Garonne et la Gironde. « Ce qui est impressionnant, c’est la violence des orages et le fait que ça touche les trois quarts de la France », a poursuivi la présidente de la FNSEA, remarquant que de rares territoires sont épargnés : la Bretagne, la région Paca et la Corse. Le syndicat majoritaire a renchéri en exigeant des réponses « fortes » du Varenne agricole de l’eau et du changement climatique dans un communiqué, le 23 juin. « Il est de notre responsabilité collective de réformer en profondeur le modèle de gestion des risques que nous connaissons aujourd’hui », a martelé la FNSEA en insistant sur le nécessaire effort de « solidarité nationale » et le besoin de sensibiliser les agriculteurs aux risques.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

Nous considérons que la règle de répartition se doit d’évoluer au regard de la réalité économique

a indiqué l’Élysée lors d’un échange avec la presse concernant le nouveau paquet climat de la Commission le 23 juillet.