Le Réveil Lozère 17 juin 2021 a 09h00 | Par Comité technique régional Auvergne-Rhône-Alpes en collaboration avec le Réveil Lozère

Des fermes plus autonomes pour faire face à la sécheresse

Face aux sécheresses répétées qui frappent la Haute-Loire, 18 agriculteurs de Craponne-sur-Arzon se sont rassemblés en 2017 au sein d'un GIEE pour travailler collectivement à la résilience de leurs fermes. En trois ans, ils ont atteint une autonomie fourragère de 100 %.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Journée de signature des engagements des exploitations dans le GIEE Los Bons Prats à Saint-Pierre-du-Champ.
Journée de signature des engagements des exploitations dans le GIEE Los Bons Prats à Saint-Pierre-du-Champ. - © Comité technique régional Auvergne-Rhône-Alpes

« Avec le changement climatique, la volonté d'avoir des prairies de plus en plus résilientes ainsi qu'une meilleure gestion de l'herbe suscitent des questions chez les exploitants », explique Coline Brat, conseillère à la chambre d'agriculture de la Haute-Loire. En 2017, une formation Vivea organisée par Quentin Pignol, le technicien de secteur, sur la thématique des prairies fait mouche auprès des participants : pour sécuriser les stocks fourragers, l'implantation de prairies multi-espèces réputées pour leur résilience face aux aléas climatiques serait une alternative intéressante au maïs. Afin d'être guidés techniquement et soutenus financièrement dans leur démarche, les agriculteurs décident de se rassembler au sein d'un groupement d'intérêt économique et environnemental (GIEE) appelé Los Bons Prats, porté par le GDA* Forez-Emblavez et accompagné par la chambre d'agriculture de la Haute-Loire.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

Nous ne pouvons plus assumer financièrement de payer l’intégralité des dégâts agricole pour tout le territoire, alors qu’il y a des zones où nous ne pouvons pas mettre les pieds

rappelle Willy Schraen, président de la FNC.