Le Réveil Lozère 25 septembre 2022 a 12h00 | Par Anaïs Lévêque

Des fleurs locales et de saison, vendues en circuits courts

Émergente, la filière française des fleurs coupées attire de plus en plus d'adeptes. Rencontre avec Sarah Bradley, jeune floricultrice installée à Silhac (Ardèche).

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Émergente, la filière française des fleurs coupées attire de plus en plus d'adeptes. Rencontre avec Sarah Bradley, jeune floricultrice installée à Silhac (Ardèche).
Émergente, la filière française des fleurs coupées attire de plus en plus d'adeptes. Rencontre avec Sarah Bradley, jeune floricultrice installée à Silhac (Ardèche). - © AAA 07

Originaire des Vosges, Sarah Bradley s'est orientée vers la production de fleurs coupées après avoir travaillé dans la régie son de spectacles de théâtre et de cirque, puis durant une petite année dans la culture maraîchère bio au Jardin des cèdres à Silhac (Ardèche). « J'ai toujours aimé les fleurs, leurs couleurs, mais je n'en faisais pas une vocation jusqu'à ce que je travaille la terre. Le maraîchage me plaisait mais je préférais cultiver des fleurs pour le côté créatif. J'y retrouve un peu tout ce que j'aime : la nature, les couleurs et, avec les circuits courts, le fait de participer à la vie d'un territoire », retrace la jeune floricultrice.

Des variétés traditionnelles aux plus originales
Installée depuis septembre 2020 sous le nom « Hanami, fleurs des monts d'Ardèche », Sarah Bradley loue un terrain au Jardin des cèdres et produit des fleurs coupées sur une parcelle plein champ de 1 000 m² et une serre de 100 m². Parmi ses cultures figurent des variétés traditionnelles, d'autres plus désuètes ou originales : renoncules, dauphinelles, giroflée d'été, tournesol, pois de senteur, muflier, clarkia, myosotis, grande camomille, pavot d'Islande, didiscus, oeillet chabaud, reine-marguerite, julienne des dames, nigelle, anémone, pivoine, benoîte... « Dans les fleurs, il faut toujours essayer d'aller chercher une variété que les gens n'ont pas trop l'habitude de voir, les surprendre, proposer autre chose que les formes classiques. » Pour les tulipes notamment, elle cultive plutôt des variétés doubles ou légèrement dentelées. D'autres fleurs sont privilégiées pour leurs qualités ou leurs aspects décoratifs. Elle a également implanté divers buissons, haies et arbustes, reconnus pour leur floraison printanière, afin de produire une gamme de feuillages : monnaie-du-pape, eucalyptus, laurier-tin, seringat, viorne de Chine... « Il faut compter trois ans au minimum pour qu'ils se tiennent bien et entrent en production, mais le feuillage est tout aussi important que les fleurs dans la conception d'un bouquet », indique-t-elle. « Les plantes aromatiques sont intéressantes aussi, en utilisant le feuillage et les fleurs de menthe des montagnes, menthe pomme, origan, népéta, agastache anisée... »

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

Grâce aux reports de stock de l’année 2021, la majorité des éleveurs et éleveuses sont sereins pour cet hiver mais sont préoccupés par la possibilité que l’année 2023 puisse ressembler à 2022, auquel cas les bilans fourragers seraient loin de l’équilibre

rapporte la dernière note agro-climatique de l’Idele (Institut de l’élevage), publiée le 17 novembre.