Le Réveil Lozère 24 février 2022 a 12h00 | Par L'Auvergne Agricole

Des indicateurs de coût de production de référence en forte hausse en viande bovine

Face à la flambée des prix des matières premières, les indicateurs de coût de production* de référence en viande bovine, calculés selon la méthode validée par accord interprofessionnel, subissent une hausse de 4,6 % lors du second semestre 2021 et de près de 10 % sur un an.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Face à la flambée des prix des matières premières, les indicateurs de coût de production* de référence en viande bovine, calculés selon la méthode validée par accord interprofessionnel, subissent une hausse de 4,6 % lors du second semestre 2021 et de près de 10 % sur un an.
Face à la flambée des prix des matières premières, les indicateurs de coût de production* de référence en viande bovine, calculés selon la méthode validée par accord interprofessionnel, subissent une hausse de 4,6 % lors du second semestre 2021 et de près de 10 % sur un an. - © François d'Alteroche/Illustration

Ce coût de production doit désormais obligatoirement constituer le socle de toute négociation entre les éleveurs ou leurs organisations de producteurs et leurs acheteurs. En application de la loi Égalim 2, les prix de marché devraient augmenter très significativement au cours des prochaines semaines. Les plus récentes données recueillies viennent fortement tempérer l'embellie des cotations observées depuis plusieurs semaines sur le marché de la viande bovine - tout particulièrement du jeune bovin - dont certains acteurs de la filière se félicitent pourtant déjà : l'augmentation des prix constatée a, malheureusement, à peine comblé la hausse des charges subie par les éleveurs. Elle n'est donc, pas encore, synonyme d'amélioration de la rémunération de ces derniers (voir tableaux ci-dessous).
Néanmoins, cette indexation du prix payé aux producteurs sur l'évolution de leur coût de production, au coeur du dispositif de contractualisation obligatoire en place depuis le 1er janvier 2022, dans ce secteur, est un signal encourageant.
En effet, si l'ensemble des acteurs de la filière viande bovine appliquent strictement la loi Égalim 2, en utilisant ces indicateurs de coût de production comme socle de toute négociation « amont », la dynamique de prix observée devrait s'amplifier rapidement pour permettre, enfin, aux éleveurs d'obtenir des prix rémunérateurs.
Ceci est d'autant plus attendu que l'offre continue de diminuer sur le marché de la viande bovine et que la loi garantit aux acteurs de milieu de filière la capacité de répercuter les hausses de prix qu'ils concèdent à leurs fournisseurs, à travers le principe de « non-négociabilité de la matière première agricole » inscrite au Code du Commerce.
Pour Bruno Dufayet, président de la FNB, « Il n'a jamais été aussi facile, pour des opérateurs, de passer des hausses de prix profitables aux éleveurs ! Le salon de l'agriculture arrive donc à point nommé, dans un contexte inédit : nous profiterons de ce coup de projecteur sur notre secteur pour nous assurer que chaque acteur de la filière concrétise ses engagements et applique strictement la loi. »

*Les indicateurs de coût de production donnent des valeurs moyennes par catégorie, auxquelles il convient d'ajouter les valorisations bouchères par race ainsi que celles des signes officiels de qualité (labels, bio...).

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

Nous disons stop à l'arrivée de toutes ces réglementations, le monde agricole n'en peut plus, il s'y perd. Il ne sait plus à quelle zone réglementaire il appartient, à quelle date semer.

Les chambres d'agriculture demandent une planification face au nombre important de politiques environnementales.