Le Réveil Lozère 24 avril 2022 a 08h00 | Par JG

Des industriels appliquent un correctif unilatéralement

Pour calculer le prix du lait du mois d’avril, certains industriels ont utilisé un correctif sur l’indicateur beurre-poudre, non validé par l’interprofession, ce qui fait bondir les représentants de producteurs. Sodiaal et Lactalis justifient leur choix.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Pour calculer le prix du lait du mois d’avril, certains industriels ont utilisé un correctif sur l’indicateur beurre-poudre, non validé par l’interprofession, ce qui fait bondir les représentants de producteurs. Sodiaal et Lactalis justifient leur choix.
Pour calculer le prix du lait du mois d’avril, certains industriels ont utilisé un correctif sur l’indicateur beurre-poudre, non validé par l’interprofession, ce qui fait bondir les représentants de producteurs. Sodiaal et Lactalis justifient leur choix. - © Jean-Charles Gutner/Illustration

Tout est parti d’une étude sur l’indicateur beurre-poudre commandée par Atla, l’association qui réunit la Coopération laitière et les transformateurs privés de la Fnil, à un cabinet extérieur. Cette étude recommandait d’appliquer un correctif de - 47,70 €, correspondant à une réévaluation des coûts de transformation des laiteries de 71,77 € à 119 €. Ces résultats ont été ensuite communiqués aux différents collèges de l’interprofession (Cniel) le 30 mars, informe la FNPL (FNSEA) dans un communiqué. Puis ils devaient être validés à l’unanimité par les quatre délégations (producteurs, coopératives, industriels et distributeurs), avant toute publication ou utilisation. Or, des industriels n’ont pas attendu d’obtenir un accord interprofessionnel avant de prendre en compte ce correctif. Pour preuve, on le retrouve dans certaines formules de prix au mois d’avril, ce qui n’a pas manqué de provoquer une levée de boucliers du côté des organisations de producteurs (OP) et des représentants syndicaux qui dénoncent les décisions « unilatérales » des laiteries.
France OP Lait (association de 18 OP) a tiré en premier la sonnette d’alarme, affirmant dans un communiqué du 4 avril qu’une « majorité de transformateurs souhaitent apporter de manière unilatérale une correction de l’indicateur beurre-poudre ». Quelques jours plus tard, la FNPL a mis en cause directement Sodiaal qu’elle accuse d’avoir appliqué « en solo » le correctif dans son prix du mois d’avril. Selon le syndicat, la coopérative en aurait informé « le jour même » ses adhérents par courrier et aurait évoqué « un accord tacite » avec la FNPL, ce que la fédération dément. Contacté par Agra Presse, le président de Sodiaal Damien Lacombe juge « incompréhensible » le communiqué publié par le syndicat et défend l’adoption par le conseil d’administration de la coopérative du correctif de - 47,70 €.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

Nous disons stop à l'arrivée de toutes ces réglementations, le monde agricole n'en peut plus, il s'y perd. Il ne sait plus à quelle zone réglementaire il appartient, à quelle date semer.

Les chambres d'agriculture demandent une planification face au nombre important de politiques environnementales.