Le Réveil Lozère 21 décembre 2022 a 10h00 | Par Le Réveil Lozère en collaboration avec Agrapresse

Des inquiétudes sur les marchés des pays de l'UE limitrophes de l'Ukraine

Abonnez-vous Reagir Imprimer

« Nous verrons si l'accord de libre-échange UE-Ukraine sera poursuivi ou pas. Il faut que l'on dispose d'une description complète de la situation avant de prendre une décision politique », a averti en conférence de presse le commissaire à l'Agriculture, Janusz Wojciechowski, à l'issue du Conseil des ministres de l'Agriculture le 12 décembre. Depuis quelques mois, les pays limitrophes de l'Ukraine (Pologne, Roumanie, Bulgarie) dénoncent l'afflux de céréales ukrainiennes (+148 % vers le marché intérieur depuis le mois de mai) mais aussi de colza ou encore de la viande de volaille, via les Voies de solidarité (dispositif logistique mis en place par l'UE pour faciliter les exportations de produits ukrainiens via l'UE dans le contexte de guerre en Ukraine). Une partie de ces produits moins chers restent bloqués dans ces marchés et créent des distorsions de concurrence par rapport aux productions locales.
Au mois de septembre, le commissaire estimait que ces céréales n'avaient pas « d'impact destructeur ou négatif sur les marchés de l'UE ». Globalement c'est toujours le cas, d'autant plus que la récolte européenne de maïs a été largement touchée par la sécheresse estivale. « La production a chuté de près de 27 % (soit 20 millions de tonnes de moins) par rapport à la moyenne de l'année dernière. Cela nous rappelle clairement pourquoi l'atténuation du changement climatique reste d'une importance capitale », a indiqué Janusz Wojciechowski. Pour compenser, l'UE a ainsi importé plus de 12 millions de tonnes du 1er juillet à la fin novembre. Toutefois, le commissaire admet que « localement, il y a des secteurs plus sensibles que d'autres, il faut en tenir compte ».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

La FNSEA appelle tout son réseau et l’ensemble de ses filières à se mobiliser à partir du 8 février à Paris et jusqu’au 20 février dans toute la France

a annoncé le syndicat dans un communiqué le 3 février.