Le Réveil Lozère 29 avril 2020 à 10h00 | Par Chambre d'agriculture

Des prairies multi-espèces pour faire face au changement climatique

La période des semis se profilant à l’horizon, c’est le moment idéal pour s’intéresser aux prairies et plus particulièrement aux prairies multi-espèces.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Face aux aléas climatiques de ces dernières années, la question de la sécurisation des systèmes fourragers se pose dans les exploitations d’élevage.
Face aux aléas climatiques de ces dernières années, la question de la sécurisation des systèmes fourragers se pose dans les exploitations d’élevage. - © Chambre d'agriculture

Face aux aléas climatiques de ces dernières années, la question de la sécurisation des systèmes fourragers se pose dans les exploitations d’élevage. Une des pistes d’adaptation est l’implantation de prairies multi-espèces. Ces prairies associent généralement plusieurs graminées et plusieurs légumineuses et peuvent même associer plusieurs variétés pour une même espèce dans le mélange.
L’utilisation d’un mélange multi-espèces augmente la robustesse et la pérennité d’une prairie. En effet, l’association d’espèces ayant des stades de développement différents et des tolérances à différents aléas climatiques, cela permet de limiter la baisse des rendements fourragers, d’étaler la période de pousse et donc d’assurer des productions plus intéressantes dans des contextes climatiques difficiles et changeants.
La prairie multi-espèces qui allie stabilité, productivité, respect de l’environnement et performances zootechniques connaît donc aujourd’hui un regain d’intérêt auprès des éleveurs aussi bien en agriculture biologique qu’en agriculture conventionnelle.

 

Article à lire dans le Réveil Lozère n°1559, du 30 avril 2020, en page 5.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

Depuis des semaines, un éleveur perd 150 euros par animal vendu.

a dénoncé le bureau du Berceau des races à viande du Massif Central (Brav, regroupant 22 départements).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui