Le Réveil Lozère 07 mai 2022 a 12h00 | Par Christophe Soulard

Des prix élevés jusqu’à fin 2024

Selon la dernière édition du rapport Commodity Markets Outlook (Perspectives des marchés des matières premières) publié par la Banque mondiale fin avril, les prix vont se maintenir à des niveaux historiquement élevés jusqu’à la fin 2024.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Selon la dernière édition du rapport Commodity Markets Outlook (Perspectives des marchés des matières premières) publié par la Banque mondiale fin avril, les prix vont se maintenir à des niveaux historiquement élevés jusqu’à la fin 2024.
Selon la dernière édition du rapport Commodity Markets Outlook (Perspectives des marchés des matières premières) publié par la Banque mondiale fin avril, les prix vont se maintenir à des niveaux historiquement élevés jusqu’à la fin 2024. - © Nicole Ouvrad/Illustration

« Globalement, il s’agit du plus grand choc sur les produits de base que nous ayons connu depuis les années 1970 », a expliqué Indermit Gill, vice-président de la Banque mondiale pour le pôle Croissance équitable, finances et institutions. « On s’attend à ce que la plupart des prix des produits de base connaissent de fortes augmentations en 2022 et restent élevés à moyen terme », souligne le rapport. En l’espèce, la guerre entre l’Ukraine et la Russie a provoqué un choc majeur et une recrudescence des restrictions sur les échanges de denrées alimentaires, de carburant et d’engrais. Concrètement, les prix de l’énergie, sur le plan mondial, sont quatre fois plus élevés en mars 2022 que leur niveau le plus bas d’avril 2020. Ce qui représente la « plus forte augmentation sur 23 mois des prix de l’énergie depuis la hausse des prix du pétrole de 1973 », souligne l’étude. Par voie de conséquence puisqu’il faut de l’énergie (gaz) pour fabriquer des engrais, le prix de ces derniers a augmenté de 220 % entre avril 2020 et mars 2022, « leur plus forte hausse sur 23 mois depuis 2008 », remarque la Banque mondiale. Elle souligne aussi que la Chine, pour garantir un approvisionnement suffisant de sa production alimentaire nationale, a suspendu toute exportation d’urée et de phosphate jusqu’en juin 2022, ce qui amplifie encore l’augmentation des prix.

En pratique

Le rapport (en anglais) et les données sont accessibles en cliquant ici

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

L’été 2022 pourrait être marqué par des étiages ou des baisses de nappes marquées sur la totalité du territoire

selon un communiqué diffusé au lendemain d’une réunion du Comité d’anticipation et de suivi hydrologique (Cash).