Le Réveil Lozère 25 septembre 2019 a 09h00 | Par Chantal Pape

Des sabots aux couleurs d’aujourd’hui

Ouverte dans les anciens haras de l’évêché de Saint-Pol-de-Léon (29), la saboterie de Léon perpétue un savoir-faire ancestral, tout en fabriquant des sabots au goût du jour.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
- © CP

En ce mardi après-midi, alors qu’un soleil généreux aurait pu les attirer vers la plage toute proche, ils sont une bonne trentaine, adultes et enfants, à se presser à la saboterie de Léon. En 1 h 30, sous leurs yeux ébahis, va naître une paire de sabots à partir d’une simple rouelle de hêtre. Joignant le geste à la parole, Michel Cousin va leur détailler, avec force anecdotes, la vingtaine d’étapes et les six mois nécessaires à la fabrication des sabots. Et revenir sur l’histoire de ces boutou koad qui ont chaussé des générations d’écoliers et de travailleurs, aux champs comme à l’usine, où ils ont longtemps fait office de chaussures de sécurité.

De Riec-sur-Belon à Saint-Pol-de-Léon
Si, au début du siècle dernier, les sabotiers étaient légion, souvent installés au fond des bois, au plus près de la matière première dont ils ont besoin, il n’en subsiste aujourd’hui plus que sept ou huit en France, dont un dans chacun des quatre départements bretons. « Et je suis le plus jeune », souligne Michel Cousin, un sourire au coin des lèvres. Après une vie professionnelle bien remplie, l’envie lui a pris de se reconvertir. Et c’est auprès de Claude Pelletier, installé à Riec-sur-Belon, qu’il a appris les rudiments du métier. Ce dernier parti en retraite, ses machines ont déménagé à Saint-Pol-de-Léon, où Michel Cousin a installé son atelier depuis septembre 2018. « Un juste retour des choses, puisque Claude fabriquait des sabots du Léon ».

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1527, du 26 septembre 2019, en page 20.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
Prochaine breve

5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

Les engagements et les efforts fournis par tous les maillons de la filière semblent être reconnus et appréciés pour une grande partie des interrogés

se félicite Interbev (interprofession bétail et viandes), d’après un sondage publié le 24 février.