Le Réveil Lozère 22 décembre 2020 a 09h00 | Par Pierre-louis Berger

Des terres viticoles pour quatre jeunes pousses

Le mouvement Terre de liens qui aide les agriculteurs à s’installer lance la campagne « les jeunes pousses ont besoin de terre ». Hélène, 33 ans, Marion, 37 ans, Clément, 25 ans et Clément, 30 ans, ont pu conforter leur activité dans le diois (Drôme) grâce à ce dispositif. Ils cultivent 13,71 ha de vignes en location en AOC Clairette-de-die.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Hélène Goubet Ruchon, 33 ans, est installée en viticulture sur six hectares à Espenel dans le Diois (Drôme). Depuis le mois de juin, elle loue avec trois jeunes vignerons, 13,71 ha en appellation Clairette-de-die au mouvement Terre de liens.
Hélène Goubet Ruchon, 33 ans, est installée en viticulture sur six hectares à Espenel dans le Diois (Drôme). Depuis le mois de juin, elle loue avec trois jeunes vignerons, 13,71 ha en appellation Clairette-de-die au mouvement Terre de liens. - © Pierre-louis Berger

Il est 9 h du matin dans la petite commune d’Espenel dans le Diois (Drôme). Hélène Goubet Ruchon, 33 ans, quitte la ferme, le sécateur électrique à la main pour aller tailler ses vignes en conversion biologique qui entourent sa ferme sur six hectares. Elle cultive son vignoble en AOC Clairette-de-die qu’elle a reçu en héritage de son père. Mais, depuis juin 2020, elle loue avec trois jeunes vignerons, 13,71 ha en appellation Clairette-de-die au mouvement Terre de liens. « C’est une grosse bouffée d’oxygène pour mon exploitation viticole. Ces 13,71 ha en location sont des parcelles situées autour du village. Elles sont faciles à cultiver en tracteur, car sans pente. Mes propres vignes sont en pentes et en dévers. J’ai fait appel à la Foncière de Terre de liens avec mes partenaires Marion Vanel, Clément Bonnet, Clément Delage car je voulais, comme eux, conforter mon activité agricole. Ils avaient une expérience de la vigne. J’étais la seule dans le groupe à être une néo-vigneronne. Avant, j’exerçais comme comptable dans une entreprise à Die », explique la jeune agricultrice.
Hélène Goubet Ruchon, installée en janvier 2020, a obtenu la DJA (dotation jeune agriculteur). La location à vie des parcelles auprès de Terre de liens lui a permis de se projeter dans le futur. « Sans cela, je n’aurai jamais développé mon activité. C’était un pari sur l’avenir que de s’engager avec Terre de liens car la location est à vie. Le prix du foncier est de plus en plus élevé, même ici dans le Diois. Les terres sont devenues rares à la vente. Le prix du foncier est de 4 500 euros l’hectare. »

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

Il est aujourd’hui urgent de prioriser les investissements pour restaurer notre capacité productive, incluant les activités agricoles et agroalimentaires

défend Dominique Chargé, président de la coopération agricole.