Le Réveil Lozère 29 juillet 2020 a 09h00 | Par Marion Ghibaudo

Des traitements contre les criquets italiens en cours d’homologation

Des traitements contre les criquets italiens qui dévorent les champs des agriculteurs lozériens sont en cours d’homologation selon la chambre d’agriculture.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Des traitements contre les criquets italiens qui dévorent les champs des agriculteurs lozériens sont en cours d’homologation selon la chambre d’agriculture.
Des traitements contre les criquets italiens qui dévorent les champs des agriculteurs lozériens sont en cours d’homologation selon la chambre d’agriculture. - © Marion Ghibaudo / Illustration

Près de six millions de criquets dans un champ de douze hectares. C’est la population de ces petits insectes ravageurs relevée dans un seul champ par un expert du Cirad venu sur place voir les dégâts créés par les criquets italiens.
« Les densités sont localement impressionnantes, mais certainement le résultat de plusieurs années de multiplications dans de bonnes conditions », a expliqué Cyril Piou, chercheur spécialiste des criquets pèlerins au Cirad.
L’expansion des dégâts engendrés par l’avancement des criquets sur le département a entraîné de nombreux agriculteurs à vouloir engager un traitement insecticide sur les parcelles afin d’enrayer le phénomène.
Si en agriculture conventionnelle, des traitements sont en cours de test et semblent donner des résultats positifs, le casse-tête reste entier pour les agriculteurs en agriculture biologique. « Le traitement que nous avons essayé et qui devait les faire fuir n’a donné aucun résultat », a confirmé l’un des agriculteurs touchés.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

Grâce aux reports de stock de l’année 2021, la majorité des éleveurs et éleveuses sont sereins pour cet hiver mais sont préoccupés par la possibilité que l’année 2023 puisse ressembler à 2022, auquel cas les bilans fourragers seraient loin de l’équilibre

rapporte la dernière note agro-climatique de l’Idele (Institut de l’élevage), publiée le 17 novembre.