Le Réveil Lozère 21 avril 2021 a 10h00 | Par LE REVEIL LOZERE

Discussion autour des dégâts de cerfs sur les parcelles agricoles

Mardi 13 avril, la FDSEA, les JA, la chambre d’agriculture et la fédération des chasseurs ont rencontré la préfète Valérie Hatsch pour évoquer les dégâts de cerfs.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
- © Lise Monteillet

Ils se sont rendus sur les parcelles du Gaec Boiral, sur le causse de Sauveterre, touchées par ce phénomène. André Thérond, président de la fédération départementale des chasseurs de Lozère a pu expliquer les procédures à suivre lorsque des dégâts de grands cervidés sont constatés.
La procédure d’indemnisation diffère de celle prévue pour les sangliers ont rappelé les acteurs syndicaux présents lors de la rencontre. De plus, a pointé la FDSEA, les dégâts de cerfs sur les parcelles agricoles sont souvent repérés trop tardivement pour pouvoir faire l’objet d’une demande d’indemnisation, car les cervidés ne détruisent pas les parcelles de façon aussi visible que les sangliers : ils se contentent de brouter les jeunes pousses.
C’est d’ailleurs là que réside l’un des points de difficulté de cette procédure : si la présence de crottes et de traces de sabots montre un passage des cervidés sur les parcelles, le fait qu’ils aient pâturé les parcelles n’est pas toujours visible, a rappelé la fédération départementale de chasse.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

Le projet prévoirait, dans une phase de transition, l’accompagnement de chaque collaborateur et un soutien individualisé aux éleveurs

expliquait Danone dans un communiqué, suite à son annonce de la conversion de sa laiterie de Villecomtal-sur-Arros (Gers) en usine de boissons végétales.